André LESORT et Elisabeth LESORT née MADELIN vers 1930

André LESORT et Elisabeth LESORT née MADELIN vers 1930
André LESORT et Elisabeth LESORT née MADELIN vers 1930

Bienvenue

Bienvenue sur notre blog familial Lesort-Madelin ouvert le 24 février 2010, jour anniversaire du mariage de nos grand-parents Lesort-Madelin en 1906.
Ce blog a été créé pour permettre la publication des archives familiales patiemment rassemblées et classées par notre grand-père André Lesort lui même puis par notre oncle Paul-André Lesort.
Nous publions régulièrement sur ce blog des extraits de ces archives qui nous paraissent intéressants, significatifs, cocasses ou émouvants.
Ce blog sert également de lien dans la durée entre les plus de 430 cousins et neveux que nous sommes, il permet donc de suivre l'actualité familiale dont vous voudrez bien nous faire part ou de partager votre connaissance de notre histoire familiale :
envoyez nous vos avis, faire-parts, photos, documents, histoires familiales à l'adresse lesortmadelin@gmail.com; nous en publions régulièrement sur ce blog.
Ce blog étant d'accès publique nous sommes toujours heureux de recevoir également toutes les contributions documentaires extérieures concernant notre famille ainsi que d'apporter nous-mêmes notre propre contribution à d'autres sites ou publications.Même adresse mail: lesortmadelin@gmail.com

Les nombreux articles parus sur notre blog, près de 200, sont en cours de publication sous forme de livres intitulés Famille Lesort-Madelin La Saga dont le tome III est en préparation.




vendredi 24 janvier 2014

And we talk once again about the Pichardière ou du rêve de Madame Aucante au rêve d'un américain amoureux de la France.







Nous vous avions fait part dans un article en septembre dernier de la relation nouée, grâce à notre blog, avec un universitaire américain, Joseph Disponzio.
Celui-ci travaille à la fois pour la ville de New-York en tant qu'architecte paysagiste et pour l'Université de Columbia en tant que directeur de programme dans le même domaine, ce qui est possible dit-il avec humour grâce à un travail le jour pour la ville et la nuit pour l'université ...

Passionné par ses activités, il l'est aussi par le très grand  architecte-paysagiste français Jean-Marie Morel, adepte des jardins "naturels" (proches de l'esthétique des jardins anglais de l'époque), auteur d'une très novatrice Théorie des jardins en 1776 et qui travailla pour la haute société sous Louis XVI et Napoléon Ier.

Parc du château de Guiscard aménagé par 
JM Morel pour le duc d'Aumont vers 1775 



C'est par ce biais que Joseph Disponzio nous a fait découvrir que le parc de la Pichardière avait été conçu par Jean-Marie Morel pour notre ancêtre François Aucante, probablement à la construction de la maison en 1803.

Joseph Disponzio avait souhaité me rencontrer en décembre dernier à Paris (où il a un pied-à-terre) pour faire le point sur nos recherches à ce sujet.
A cette occasion, je lui ai montré ce que notre grand-père archiviste avait établi sur les origines de la Pichardière ainsi que différents documents dont l'original de l'acte d'achat par François Aucante en 1802, mais malheureusement rien encore sur les jardins.

Par ailleurs, quand il avait rencontré Blandine Ayoub en août dernier, celle-ci lui avait montré des dessins de notre grand-mère qu'il avait beaucoup admirés.
Nous avons, Blandine et moi, vraiment apprécié ces rencontres car Joseph Disponzio est quelqu'un  de chaleureux, intéressant et passionné dont les propos sont relevés d'une pointe d'humour qui  leur donne toute leur saveur.
Cela m'a donc paru de circonstance de lui offrir une reproduction (et son explication) d'une des illustrations du fameux "Un rêve de Madame Aucante à la Pichardière" imaginé par notre grand-mère Elizabeth Lesort en 1912.

Les enfants du rêve de Madame Aucante

On y voit, Marie-Victoire Aucante, Madame Aucante, penser qu'elle et son mari ont construit une bien grande maison pour leur seule fille Adélaïde, mais heureusement un rêve prémonitoire la rassure en lui faisant apparaître les nombreux enfants de sa future descendance ...
Joseph Disponzio était ravi et m'a vivement recommandé  de faire une exposition des œuvres de Grand-Mère dans les locaux de la Société d'Archéologie et d'Histoire de Neuville aux Bois ...

Mais en fait Joseph Disponzio voulait beaucoup m'entretenir d'une idée qui lui semble extrêmement chère car lui aussi a un grand rêve : pour le tricentenaire de la naissance de Jean-Marie Morel, il voudrait organiser une grande réunion avec des descendants de tous ceux qui ont fait appel à Jean-Marie Morel pour concevoir leurs jardins, cette réunion ayant lieu bien sûr à un endroit où ces jardins existent encore.
Quelle excellente et sympathique idée, que je ne pouvais que soutenir avec un enthousiasme toutefois tempéré par la perspective d'une date un peu lointaine : 2028!
Aussi Joseph Disponzio, de retour à New-York, m'a t'il écrit la semaine suivante :

... le trois-centième anniversaire ne sera que dans 14 ans – trop loin, peut-être, pour commencer à penser à cet événement.
En revanche, il faut faire quelque chose pour élever la « visibilité historique » de Morel. J’ai toujours des idées : soit, une association des propriétaires des jardins de Morel ; « amis des jardins de Morel », et se mettre en contact les propriétaires ; écrire à la mairie du troisième arrondissement pour nommer une rue d'après le paysagiste, etc., etc., mais pour tout cela, il faut du temps. Et de loin, de New York, ce n’est pas très facile. Pour l’instant je dois me concentrer pour finir mon livre sur Morel, et après cet événement, un colloque autour de Morel et son temps est prévu.


En tout cas, nous avons été séduits par l'enthousiasme éclairé et contagieux de Joseph Disponzio pour l'Histoire, pour les jardins (plutôt naturels, bien sûr) et pour Jean-Marie Morel, aussi grand architecte-paysagiste qu'architecte-paysagiste méconnu, mais qui fut le Le Nôtre de son temps.
Nous restons en contact. A suivre ...

François Lesort
               
La rédaction des VPF a eu l'amabilité, et nous l'en remercions, d'élargir nos recherches sur Jean-Marie Morel à l'ensemble des familles Madelin et Bonnet par un petit article, fort bien tourné, paru ces jours-ci dans leur dernier bulletin de liaison :



Un exemple de jardin "naturel": le Petit Trianon à Versailles créé par Richard Mique en 1775 pour Marie-Antoinette

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire