André LESORT et Elisabeth LESORT née MADELIN vers 1930

André LESORT et Elisabeth LESORT née MADELIN vers 1930
André LESORT et Elisabeth LESORT née MADELIN vers 1930

Bienvenue

Bienvenue sur notre blog familial Lesort-Madelin ouvert le 24 février 2010, jour anniversaire du mariage de nos grand-parents Lesort-Madelin en 1906.
Ce blog a été créé pour permettre la publication des archives familiales patiemment rassemblées et classées par notre grand-père André Lesort lui même puis par notre oncle Paul-André Lesort.
Nous publions régulièrement sur ce blog des extraits de ces archives qui nous paraissent intéressants, significatifs, cocasses ou émouvants.
Ce blog sert également de lien dans la durée entre les plus de 430 cousins et neveux que nous sommes, il permet donc de suivre l'actualité familiale dont vous voudrez bien nous faire part ou de partager votre connaissance de notre histoire familiale :
envoyez nous vos avis, faire-parts, photos, documents, histoires familiales à l'adresse lesortmadelin@gmail.com; nous en publions régulièrement sur ce blog.
Ce blog étant d'accès publique nous sommes toujours heureux de recevoir également toutes les contributions documentaires extérieures concernant notre famille ainsi que d'apporter nous-mêmes notre propre contribution à d'autres sites ou publications.Même adresse mail: lesortmadelin@gmail.com

Les nombreux articles parus sur notre blog, près de 200, sont en cours de publication sous forme de livres intitulés Famille Lesort-Madelin La Saga dont le tome IV paraîtra en novembre 2018.



mercredi 30 avril 2014

Wilhelmine Lesort Sibertin-Blanc - 2ème partie 1946-1989


1987 avec tante Chantal Chamussy
1946, le mariage à Versailles



Cette fois c'est notre cousine Brigitte Sibertin-Blanc qui, prenant la suite de Catherine Chenu, nous parle de notre tante Wilhelmine Lesort  dans un  récit qui commence quand elle fait sa connaissance en 1946, avant le remariage de son père Claude Sibertin-Blanc avec notre tante.



La famille Sibertin-Blanc à Aix

              
1961 Moroges avec Marie Chamussy




Tante Wilhelmine vers 1980

Ce récit nous montre notre tante toujours dynamique, pleine d'idées d'activités et de sorties, bonne mère de famille mais malheureusement frappée, comme mère, par de dures épreuves, le tout raconté avec affection, sensibilité et d'une façon très vivante qui nous la rend proche.
Brigitte nous raconte également avec un certain flegme les vicissitudes  professionnelles de son père à Orléans, victime de la vindicte du puissant maire de la ville, lui-même assassiné au même moment par sa propre femme!
Ce départ forcé d'Orléans conduit alors la famille Sibertin-Blanc jusqu'à Carpentras par le biais d'un échange de postes entre les deux conservateurs, l'autre n'étant rien de moins que le très célèbre mais très sulfureux écrivain Georges Bataille.

Salle d'Inguimbert de la bibliothèque de Carpentras

Le puissant maire d'Orléans, Pierre Chevallier et le fameux Georges Bataille, chacun dans leur genre, sont deux personnalités tout à fait singulières que nous vous présentons en fin d'article ( voir nota 1 et 2).
Brigitte nous parle enfin de son frère Denis, que nous avions eu la joie de revoir à la super cousinade de 2009 à Versailles avant sa disparition.
Merci à Brigitte pour cette belle contribution à notre blog, à laquelle nous sommes très sensibles et que tous apprécieront.

Pour lire le récit de Brigitte, cliquer ici

Denis Sibertin-Blanc à la super cousinade de 2009 avec Jean et Marie-Pierre Bernus


Nota 1. Pierre Chevallier (1909-1951)

En 1951, une affaire criminelle hors normes secouait le Loiret  : le maire d’Orléans, magnifique soldat en 1940, grand résistant sous l'occupation et reconstructeur de sa ville après la libération, était tué par sa femme qui fut acquittée ensuite par la cour d’assises.

Pierre Chevallier

Le 12 août 1951, à son domicile du 13, rue Jeanne-d’Arc, Pierre Chevallier, député-maire d’Orléans, est abattu de cinq balles de pistolet par sa femme, Yvonne. Il venait d’être nommé secrétaire d’État à l’Enseignement technique, à la Jeunesse et aux Sports.
La nouvelle de l’assassinat de Pierre Chevallier, héros de la Résistance, se répand comme une traînée de poudre en ville, où la population crie vengeance. On ignore alors qu’Yvonne Chevallier, 45 ans, est une épouse humiliée, brutalisée et trompée.
L’histoire de ce couple est digne d’un film : une histoire d’amour passionnée, un mariage contre l’avis des familles de milieux très différents, la guerre, la Résistance, puis le temps des responsabilités, la reconstruction d’Orléans, la carrière politique …
C’est après tout cela que Pierre Chevallier devient réellement odieux avec sa femme qu'il humiliait sans cesse : le pouvoir l’avait changé et libéré sa part d'ombre.
La fin de l’histoire est encore une fois remarquable : cette femme jugée et acquittée par la cour d'assises de Reims est alors partie en Guyane où elle a fini sa vie en 1978, exerçant son métier d’infirmière auprès des lépreux.

Médecin, résistant, maire d'Orléans, député du Loiret, président du groupe Union Démocratique et Socialiste de la Résistance à l'Assemblée nationale en juillet 1950 (comprenant François Mitterand et René Pleven), ministre, à 42 ans, Pierre Chevallier, avait devant lui un brillant avenir politique, mais ...

Les obsèques de Pierre Chevallier à Orléans

Nota 2 . Georges Bataille (1891-1962)

Converti au catholicisme en 1917, Georges Bataille entre au grand séminaire afin de devenir prêtre. Mais sa passion pour le Moyen-Age reste la plus forte, l'année suivante, il abandonne toute idée de vocation religieuse après avoir été admis à l’Ecole des chartes, puis rompt avec la religion.
Georges Bataille

Il commence sa carrière à la Bibliothèque nationale comme bibliothécaire stagiaire puis bibliothécaire au Département des Médailles, en 1949 il est conservateur à la Bibliothèque Inguimbertine de Carpentras, puis en 1951 de la bibliothèque municipale d'Orléans et revient en 1962 à la Bibliothèque nationale peu avant de décéder.
Écrivain multiforme, son œuvre s'aventure à la fois dans les champs de la littérature, de l’anthropologie, de la philosophie, de l'économie, de la sociologie et de l'histoire de l'art.
Auteur d'une oeuvre considérable, où ressort sa personnalité complexe et tourmentée, l’érotisme et la transgression sont les deux termes les plus communément attachés à son nom. 

Un beau jour, un beau discours: 12 avril 1944


Les petits Xavier et Marie-Cécile dite Cici ( vers 1930) étaient visiblement faits pour se rencontrer un jour

12 avril 1944


Bien que le mouvement scout fut interdit par les allemands en zone occupée, Xavier Lesort, chef scout  à Versailles avait organisé un camp pour sa troupe à Flaucourt près de Péronne dans la Somme chez les Gauchin qui y avaient une propriété et des terres ... ainsi qu'une fille prénommée Marie-Cécile dont il fit la connaissance.

La propriété des Gauchin à Flaucourt; tante Cici, enfant, assise à droite

S'ensuivit donc le beau jour, celui du mariage, il y a exactement 70 ans, des dits Xavier et Marie-Cécile  à Flaucourt, dans la propriété familiale Gauchin, avec ceci de remarquable que c'était en pleine guerre avec des bombardements alliés incessants, en particulier sur les voies ferrées, ce qui ne facilitait pas les déplacements familiaux.
D'ailleurs le père Armand Le Bourgeois, grand ami d'oncle Xavier, qui devait unir les mariés, ne put jamais arriver pour cette raison, mais tint parole, avec un petit retard de tout juste cinquante ans, comme il le dit lui-même quand il a célébra la messe de leurs noces d'or au Chesnay en 1994.
Malgré ces difficultés, une partie de la famille avait pu faire le déplacement et en particulier notre oncle Jean Dhavernas qui fit un discours aux mariés sous forme d'un toast au cours du déjeuner et nous avons plaisir à vous le faire partager grâce à Jean-Michel Dhavernas qui nous l'a transmis, merci à lui.
Nous devons ajouter, qu'en cette période d'inimaginable disette alimentaire, les courageux qui affrontèrent les difficultés et les dangers du voyage pour venir à ce mariage ne furent pas déçus par le repas de noces.
Le seul qui eut véritablement à se plaindre fut le veau, non déclaré aux occupants allemands, très réticent à descendre en pleine nuit et en toute discrétion  les escaliers d'une cave qui ne lui disait rien de bon !
Cette histoire de veau clandestin récalcitrant, est restée dans la geste familiale comme un grand moment d’anthologie et de gastronomie auquel tous les invités firent largement honneur comme on peut d'ailleurs le constater dans le récit d'oncle Léon Chamussy en fin d'article.

Pour lire le discours de Jean Dhavernas cliquer ici

L'arrivée de la mariée à l'église du village avec la haie d'honneur des scouts

Extraits de la période "janvier à septembre 1944"  du Journal de Léon Chamussy (transmis par Catherine Chenu avec commentaires de François Lesort)

Vendredi saint 7 avril. Départ pour Paris avec Chantal, Vincent et Marie. C'est la première fois que nous retournons à Paris depuis la guerre. Voyage facile et sans retard. Nous sommes accueillis par les Dhavernas.

8-9-10 avril séjour à Paris. Nombreuses visites. Journée du lundi de Pâques à Versailles.

Chantal et moi ne sommes pas déçus par Paris sans l'agitation d'avant-guerre, on peut admirer les perspectives, flâner. Un peu trop de visiteurs indésirables [des "touristes" allemands, sans doute ...]


11 avril départ à 13 h de la gare du Nord pour Peronne et Flaucourt au mariage de Xavier.
Voyage sans incident. Accueil charmant des Gauchin, les 7 km de Peronne à Flaucourt sont faits en voiture à chevaux, très pittoresque de voir sur la route ces 7 voitures à deux roues chargées de gens et cahotées par le lourd trot des gros "Ardennais"
Mariage civil car arrivés à 5 h il n'est à Flaucourt que 3 h à cause du décalage d'heures. Diner de veille très bien mais sans vin dans une maison délabrée après le passage des troupes en 1940. 

12 avril Mariage de Xavier. Vincent est garçon d'honneur avec Dominique Lesort. Cérémonie simple et charmante. Les cousines de Cici chantent fort bien. Lunch avec abondance de viande : gigot, filet de porc, jambon, veau ; pas de légumes, le pays n'en produisant pas ; pain blanc à profusion, on avait oublié ce que c'était.
Après-midi un peu longue. Grandes discussions dans le jardin ensoleillé. Vincent s'amuse beaucoup et visitant la porcherie fort impressionnante par le nombre de pensionnaires il leur dit d'un ton compatissant " Tu sais, cochon, on a mangé de toi".
 Peu vu notre nouvelle belle-sœur, robuste [de quoi, de quoi ! voila encore un cliché typique des citadins sur les gens vivant à la campagne !] et sympathique picarde.[aujourd'hui, la picarde en question, tante Cici, à 91 ans, est restée toujours aussi sympathique mais malheureusement plus du tout "robuste", surtout ces derniers temps]

Mercredi 13 Départ de Flaucourt. A Peronne, en attendant le train très en retard, visite du silo. Pendant les 6 h d'arrêt que nous avons eu à (lieu pas précisé) nous allons voir les de Jandin, visite agréable dans une belle maison malheureusement fort abîmée par les occupants.

14-15-16-17 avril séjour à Paris, un peu fatigant par nos courses incessantes. Mais quelle différence entre Paris et Lyon. On comprend que lorsque l'on a habité Paris on ne puisse pas admettre Lyon.

Mardi 18 avril rentrée à Lyon. Nous retrouvons Henri et Catherine qui avaient séjourné chez les Jean Chamussy à Couzon et Denis qui était chez sa marraine Gaby Bois.

13-14 mai Nous avons chez nous Marie-Madeleine pour des entrevues avec Jean Guyot.[elles durent être profitables car le mariage eut lieu le 15 juillet suivant]

Tante Thérèse Kervella qui, avec les restrictions de l'époque et l'appétit de ses vingt ans, avait pourtant dû faire honneur au plantureux repas de mariage, racontait plus tard à ses enfants, de son séjour à Flaucourt, un tout autre souvenir qui heureusement n'avait rien de culinaire même en ces temps de grande disette où certains lapins miaulaient, jugez-en.
Faisant le tour des bâtiments de cette très grande ferme avec le propriétaire des lieux, le père de tante Cici, tante Thérèse était restée très admirative de la façon dont celui-ci, croisant inopinément un rat au cours de la visite et conservant toute sa dignité, avait prestement aplati l'animal pour le compte d'un coup de canne asséné d'un vif revers du poignet!

29 mars 2014. Les cousins du blog en assemblée.



Avant la réunion

Notre équipe de cousins du blog au complet, représentant sept de nos familles, s'est réunie le samedi 29 mars dernier pour faire le point sur ses travaux et envisager ses futures activités ( voir le compte-rendu résumé envoyé par le mail du blog de fin avril).
Après un déjeuner convivial au Chien qui Fume à Versailles, nous avons été accueillis chez Claire Lesort pour tenir une réunion à l'ordre du jour bien fourni.

Pendant la réunion

Nous avions même notre photographe, la charmante Marie-Laure, épouse de Nicolas Lesort que nous remercions.
Nous vous laissons imaginer l'ambiance qui prévalait au cours d'une telle réunion où plaisanteries et mises en boîte concurrençaient les anecdotes familiales mais la bonne humeur de l'assemblée l'a juste détendue du sérieux avec lequel ont été traités tous les sujets à l'ordre du jour.

L'équipe des cousins du blog.

Après la réunion


Fabien Lesort court le marathon de Paris.



Le trajet du marathon de Paris

Fabien Lesort, fils de François et Claire Lesort, s'était lancé le défi personnel de courir pour la première fois un marathon et de venir à bout de ses 42 km dans le temps raisonnable de 4 h.
Défi relevé le 6 avril dernier grâce à quelques mois de préparation préalable au cours desquels il a couru l'équivalent de 600 km mais sur des distances d'environ 25 km ce qui ne lui donnait pas la certitude de tenir sur l'intégralité d'un marathon.
Stimulé aussi dans son moral par  la présence de son épouse Raphaële et d'un de ses fils, Antoine, venus l'encourager au trentième kilomètre, considéré comme celui de tous les doutes, il put terminer la course, plutôt fatigué mais pas épuisé comme le héros du mythe fondateur. Bravo Fabien.

Fabien au km 30

Fabien après l'arrivée avec son maillot finisher et sa médaille