André LESORT et Elisabeth LESORT née MADELIN vers 1930

André LESORT et Elisabeth LESORT née MADELIN vers 1930
André LESORT et Elisabeth LESORT née MADELIN vers 1930

Bienvenue

Bienvenue sur notre blog familial Lesort-Madelin ouvert le 24 février 2010, jour anniversaire du mariage de nos grand-parents Lesort-Madelin en 1906.
Ce blog a été créé pour permettre la publication des archives familiales patiemment rassemblées et classées par notre grand-père André Lesort lui même puis par notre oncle Paul-André Lesort.
Nous publions régulièrement sur ce blog des extraits de ces archives qui nous paraissent intéressants, significatifs, cocasses ou émouvants.
Ce blog sert également de lien dans la durée entre les plus de 430 cousins et neveux que nous sommes, il permet donc de suivre l'actualité familiale dont vous voudrez bien nous faire part ou de partager votre connaissance de notre histoire familiale :
envoyez nous vos avis, faire-parts, photos, documents, histoires familiales à l'adresse lesortmadelin@gmail.com; nous en publions régulièrement sur ce blog.
Ce blog étant d'accès publique nous sommes toujours heureux de recevoir également toutes les contributions documentaires extérieures concernant notre famille ainsi que d'apporter nous-mêmes notre propre contribution à d'autres sites ou publications.Même adresse mail: lesortmadelin@gmail.com

Les nombreux articles parus ou encore à paraître sur notre blog, près de 300 au total, sont publiés au fur et à mesure sous forme de livres intitulés Famille Lesort-Madelin La Saga dont le tome V est paru en novembre 2019, les tomes VI et VII paraîtront eux respectivement en 2020 et 2021.



lundi 24 décembre 2012

Enterrement d'Oncle Pierre Kervella le 29 novembre 2012 à l'abbaye de La Pierre qui Vire.


Oncle Pierre Kervella était marié à Thérèse Lesort, dernière des neuf enfants de Grand-père et Grand-mère Lesort. Que nos affectueuses pensées accompagnent leurs enfants, nos cousins Yves, Hervé, Anne, Bénédicte et Blandine




Jean-Michel et Béatrice Dhavernas nous écrivent :

Vendredi 30 novembre 2012.
Retour hier soir de l’abbaye de La Pierre-qui-Vire. Forts et chaleureux moments avec les moines, les cousins Kervella et leur descendance. Avec Pascale et Henri Béal, Marie-Pierre et Jean Bernus, et Françoise Dequecker, ainsi qu’Agnès Sibout, nous représentions la famille côté Lesort.
Depuis 1984, date d’entrée d’oncle PK au monastère après la mort de tante Thérèse (1979), une étonnante et émouvante relation quasi familiale s’est profondément établie avec la communauté monastique, comme l’a rappelé le Père Abbé à la veillée de mercredi soir qui a réuni “les deux familles, celle du sang et celle du monastère” autour du cercueil encore ouvert dans le choeur. Chants et lectures se sont succédés avant que deux moines n’en viennent visser vigoureusement le couvercle. Quelle simplicité dans tous ces gestes empreints d’attention et d’affection fraternelles !
Après l’Eucharistie hier matin, la neige commença à tomber sur la longue procession vers le cimetière des moines, une large clairière dans la forêt du Morvan. Atmosphère toujours très sereine de foi et de confiance. La neige avait cessé.
Déjeuner familial suivi d’un café avec le Père Abbé et une quantité de moines aussi amicaux que possible. Quelques achats de livres et de fromage monastique avant de reprendre la route du Chesnay.
Dans la nuit qui tombait déjà, notre coeur était plein de gratitude pour ce temps familial très fort – heureux même ! – que nous avions partagé avec nos cousins Kervella. Et cette conviction très nette, grâce à leur accueil si affectueux et chaleureux, qu’avec ceux qui avaient pu venir à la Pierre-qui-Vire, c’est notre grande famille toute entière qui était présente, réunie autour et pour oncle PK et les siens.

Jean-Michel et Béa Dhavernas




Blandine Ayoub nous a communiqué les textes écrits, à cette occasion,  par le Père Abbé Luc de la Pierre qui Vire : le premier, affiché à l’entrée de l’église où le corps était exposé, est le faire-part envoyé à toutes les abbayes, le deuxième a été prononcé par lui lors de la veillé mortuaire monastique, et le troisième est son homélie de la messe d’inhumation.
Pour les lire cliquer ici.

Elle nous envoie également trois photos d'Oncle Pierre Kervella :

 donnant la paix pendant une célébration
avec Nathanael, son arrière petit-fils en 2009
écoutant ses petites filles Constance et Bérangère lui donner un concert au monastère












Enterrement de Tante Maggy Lesort le 13 décembre 2012 à Versailles.

Tante Maggy


L'émouvant adieu d'Oncle Gonzague à Tante Maggy

Maggy et moi, nous adressons d’abord à vous tous, un immense MERCI. Pour vos merveilleux témoignages d’affection, douces mais indispensables consolations.
Que ce soit à Bruxelles - où les Olivier et les Nicolas ont joint – à leur affection- de nombreux, difficiles et efficaces appuis.
Ou que ce soit aujourd’hui, ici, par votre participation à notre intime et chaleureuse communion dans la tristesse.
Vous comprenez bien sûr cette immense tristesse pour le survivant d’un couple de 65 années. C’est en reconnaissance à ma Maggy chérie, que je voudrais maintenant en évoquer l’origine, car c’est à elle que nous devons tout.
L’histoire a commencé en janvier 1947, quand une demoiselle d’une bonne famille de Rennes décida de venir travailler à Berlin, dans un service secret français, pourtant installé au bout du monde, dans les ruines (et quelles ruines !) de la capitale du Reich. Son voyage en train (et quels trains !) dura deux jours et deux nuits.
Pour le lieutenant Lesort, c’était une heureuse apparition, dans l’atmosphère –disons particulière, de ce service où, à l’exception de mon ami Jacques Chabolle, on travaillait entre russes, américains anglais.
Devant ce cercueil, devant ces tombes, devant nos enfants, petits-enfants, cousins et chers amis, je dois à Maggy de vous révéler que c’est elle qui fut la véritable créatrice de notre couple, de notre , de nos familles, de 65 ans de merveilleux bonheur, même si marqués de grands malheurs . Puisque c’est elle-même qui, par une lettre intime et chaleureuse, me proposa qu’ensemble nous fondions notre famille.
Ce courrier me fut remis le 14 Septembre dans la gare (totalement en ruines) de Francfort, au retour d’un voyage en Italie avec mon ami Jacques Chabolle
Ma réponse fut claire. Dès mon retour à Versailles, Maggy y vint le 4 Octobre… et se conclut merveilleusement dans le « Jardin du Roi ». Fiançailles officielles à Rennes le 23 Novembre et mariage le 31 Mars 1948.
Ainsi, ma Maggy chérie, ces merveilleuses années que je te dois, que nous te les devons tous.
Et tout particulièrement à tes discrètes et délicates qualités :
Parfaite fiancée, parfaite épouse, parfaite Maman, parfaite Grand’mère, parfaite arrière grand’mère parfaite maitresse de maison, parfaite musicienne, parfait sens de nos familles, de nos amitiés… parfaite dans tes constantes délicatesses, parfaite en tout… même en discrétion …

NON ! MAGGY ! TU NE VAS DISPARAITRE !
TU RESTES AVEC NOUS, TOUT PRES DE NOUS !

NOUS NOUS AIMONS GRACE A TOI !

NOUS T’AIMONS PLUS ENCORE QU’AVANT ! 


Noces d'or de Maggy et Gonzague Lesort (1998)


Olivier Lesort nous parle de sa mère :

Nichée entre deux grandes chambres du Prieuré, la maison de nos parents en Normandie, se trouve une toute petite pièce, sorte de petit cabinet : « le bureau de notre mère ».
On n'y pénétrait jamais car c'était son espace à elle, pour elle.
En retournant tout récemment dans cette maison je me suis permis d'aller dans ce petit espace qui ne laisse de la place que pour un bureau et sa chaise.
Sur un des murs de cette pièce, notre mère avait accroché un cadre contenant une prière intitulée « Bientôt je serais vieille », d'une certaine Sœur Véronique-Sophie, religieuse du XVIIème siècle.
En lisant ce texte qui commence par «  Seigneur, tu le sais mieux que moi, je vieillis chaque jour », je me suis aperçu que beaucoup de passages correspondaient parfaitement à ce qu'avait été cette femme qu'on appelait Maggy.
« Garde moi de cette habitude désastreuse
de croire que j'ai quelque-chose à dire
à propos de tout et en toutes occasions... »
D'abord c'était très difficile dans notre famille de s'imposer pour s'exprimer !
Maggy, femme discrète et posée, détestait les discussions futiles, les palabres et les polémiques qui animaient souvent nos repas de famille.
Et quand l'un d'entre nous la prenait à témoin ou lui demandait son avis, elle lui répondait par un grand sourire, en lui tendant le plat pour se resservir.
« Il me semble parfois dommage
de ne pas utiliser mon immense expérience ... »
Avant d'être devenue une bonne épouse et une bonne mère, il faut savoir que Maggy avait connu bien d'autres expériences que celle de se consacrer à sa famille :
Jeune, elle adorait voler dans des petits avions ; elle avait décidé d'aller visiter toute seule la Tunisie ; elle avait appris à jouer du violon au Conservatoire de Rennes et donna par la suite des concerts et puis, comble du désir d'indépendance, elle avait osé affronter l'autorité de ses parents en leur expliquant sa détermination à vouloir gagner sa vie toute seule.
C'est alors qu'elle décida de quitter la Bretagne familiale pour aller rejoindre son poste de secrétaire du service de contre-espionnage français à Berlin, bravant toute seule un long et périlleux voyage en train qui dura deux jours et deux nuits.
« Garde moi de me perdre
dans le récit de mille détails ... »
Pour Maggy le risque n'était pas grand et il nous a fallu beaucoup d'insistance et de patience pour qu'elle se raconte, qu'elle nous confie ses souvenirs d’enfance heureuse, puis ceux passionnants et tragiques de l'Occupation allemande et de la Résistance pour laquelle une très grande partie de sa famille, dont elle, s'était engagée.
En particuliers son frère Joseph, dénoncé, arrêté, condamné à mort et sauvé in extremis du peloton d’exécution, grâce à la ténacité et au courage de notre grand-mère maternelle.
« Scelle mes lèvres sur mes peines et mes bobos ... »
C'est très simple, les rares fois où Maggy était malade ou souffrante, elle disparaissait dans sa chambre avec la consigne très stricte d'interdire à ses enfants de venir la voir dans son lit.
D'une manière générale, elle répugnait à se plaindre de ses maux ou d'en faire le moindre étalage.
Par pudeur, par fierté.
« Je ne tiens pas à être une sainte :
les fins sont parfois difficiles à vivre ! »
Maggy aurait certainement été très gênée de s'entendre dire par son mari au cimetière qu'elle était « parfaite épouse, parfaite mère ... ».
Mais c'est bien vrai qu'elle avait un coté perfectionniste, ce désir de tout bien faire qui nous agaçait un peu, mon père et mes frères et moi. En particulier quand ce rôle nous concernait, nous les quatre garçons turbulents, rebelles et volontiers cascadeurs !
Et puis aussi, plus tard, dans celui d'une grand-mère choyant et gâtant tous ses petits enfants qui l'adoraient.
« Il y a tant de choses gaies et amusantes
où on ne s'y attendait pas :
rends-moi capable de les voir ... »
Quitte à me répéter, Maggy était le plus souvent discrète et silencieuse et nous étions tous étonnés et même stupéfaits quand il lui arrivait d'être prise de grands éclats de rire.
Elle commençait d'abord par prendre son visage mutin puis c'étaient d'irrésistibles fous rires qui ponctuaient ses récits, ceux des situations cocasses qu'elle avait vécu, des souvenirs d'enfance, les blagues de ses frères ou les savoureuses expressions de ses parents.
Il est difficile et encore douloureux de tenter d'expliquer qui était vraiment cette femme à la fois douce et énigmatique, aimante et mystérieuse.
C'est encore plus compliqué d'expliquer qui fut notre mère, sauf peut-être en reprenant le vers final du poème de Victor Hugo intitulé « Aux Feuillantines ».
Le poète y raconte ses souvenirs d'enfance en décrivant avec précision les paysages et en faisant le portrait des adultes qu'il se remémore.
Quand il en arrive à parler de sa mère, il écrit ceci :
«  Et ma mère - était ma mère »

Olivier Lesort


Il était une fois marraine Bobeth:notre grand-mère Elizabeth Lesort fait de la bande dessinée.





                                                                                                                                                                 

Elizabeth Lesort, notre grand-mère, adorait dessiner et raconter des histoires, elle nous en donne encore la preuve avec une charmante bande dessinée réalisée pour sa nièce et filleule Elizabeth Zeller.
Cette bande dessinée est présentée dans un petit montage réalisé pour nous par notre cousin issu de germain Michel Budan avec les reproductions des pages de l'album que nous avait envoyé notre cousin Denis Chamussy ; merci à tous les deux de nous permettre de découvrir ce petit bijou merveilleusement rétro.
Pour voir la bande dessinée de Grand-Mère cliquer ici.

Elizabeth Zeller (1903-1997) était la cinquième des 11 enfants de Geneviève Madelin, soeur de Grand-Mère, et de Léon Zeller.

Les 11 enfants Zeller en 1918

De gauche à droite :
- en haut : Marguerite (DELATTRE), Elizabeth,André, Thérèse (BADRE), Jeanne (Lombart)
- en bas : Françoise (CHRETIEN), Marie (Tante Mimi), Louis, Cécile (+1918), Henri, Paul

Mimi Zeller a raconté la vie de sa soeur Elizabeth, pour lire le document cliquer ici.

Déjeuner à Bruxelles avec Oncle Gonzague Lesort





Notre cousin Jean-Michel Dhavernas nous envoie ce petit courrier :

Le 23 novembre dernier, nous avons déjeuné, Béatrice et moi, avec oncle Gonzague, ainsi qu’Olivier et Claude, dans sa résidence de Bruxelles, avant de reprendre notre route vers Luxembourg pour un petit week-end chez Alexis et Séverine Chandon.
Nous n’avons pu embrasser tante Maggy, hospitalisée à proximité immédiate, ce qui permet à oncle Gonzague une présence et une assistance maxi. Mais son état s’est encore aggravé le soir de notre passage et a même fait craindre le pire.
Oncle Gonzague qui venait de fêter ses 91 ans (voir blog LesortMadelin de fin novembre) est toujours alerte, réactif et gai malgré ce très gros souci.
Claude n’est hélas pas sur la photo puisqu'elle prenait l'image de ce moment familial très chaleureux.