André LESORT et Elisabeth LESORT née MADELIN vers 1930

André LESORT et Elisabeth LESORT née MADELIN vers 1930
André LESORT et Elisabeth LESORT née MADELIN vers 1930

Bienvenue

Bienvenue sur notre blog familial Lesort-Madelin ouvert le 24 février 2010, jour anniversaire du mariage de nos grand-parents Lesort-Madelin en 1906.
Ce blog a été créé pour permettre la publication des archives familiales patiemment rassemblées et classées par notre grand-père André Lesort lui même puis par notre oncle Paul-André Lesort.
Nous publions régulièrement sur ce blog des extraits de ces archives qui nous paraissent intéressants, significatifs, cocasses ou émouvants.
Ce blog sert également de lien dans la durée entre les plus de 430 cousins et neveux que nous sommes, il permet donc de suivre l'actualité familiale dont vous voudrez bien nous faire part ou de partager votre connaissance de notre histoire familiale :
envoyez nous vos avis, faire-parts, photos, documents, histoires familiales à l'adresse lesortmadelin@gmail.com; nous en publions régulièrement sur ce blog.
Ce blog étant d'accès publique nous sommes toujours heureux de recevoir également toutes les contributions documentaires extérieures concernant notre famille ainsi que d'apporter nous-mêmes notre propre contribution à d'autres sites ou publications.Même adresse mail: lesortmadelin@gmail.com

Les nombreux articles parus sur notre blog, près de 200, sont en cours de publication sous forme de livres intitulés Famille Lesort-Madelin La Saga dont le tome III est en préparation.




vendredi 26 février 2016

D'argent ou d'or, seules leurs dates d'anniversaire de mariage en furent pourvues ...



Grand-père et Grand-mère à la sortie de la cathédrale Saint-Louis à Versailles




L'ARGENT ET L'OR [... et la glace NDLR] par Gonzague Lesort

Le 24 février 1931, il faisait un froid terrible (comme cela se répétera vingt-cinq ans plus tard) et mes parents fêtèrent leurs noces d'argent, « l'air ravi » comme avait tendance à le dire ma mère de tous les gens qu'elle rencontrait, mais cette fois c'était parfaitement exact. On m'avait fait, pour cette grandiose circonstance, une chemisette rouge et une culotte bleu marine et Thérèse avait chemisier et jupe des mêmes couleurs, l'un et l'autre avec des cols marins. Et au cours de la messe à la Cathédrale, nous tenant par la main, nous fîmes la quête, regardant avec des yeux ronds les grosses pièces et les billets que les innombrables parents et amis de mes parents versaient, les yeux humides, dans la
coupe que nous présentions. J'avais 9 ans et Thérèse 6 .
A l'occasion de ce jubilé, nos parents remirent un cadeau à chacun de nous, et je recopie ici la dédicace que ma mère écrivit sur l'album que je reçus, qui est aujourd'hui encore dans ma bibliothèque, et qui s'intitule : « Les Mots historiques de France » : « Noces d'argent de Papa et Maman – A notre petit quêteur .. et à notre fils ».
Peu de temps après, ils commencèrent à marier leurs enfants, à commencer par Gertrude en 1932. Parfois c'étaient des amis de la famille qui présentaient « une jeune fille charmante, méritante et de très bonne éducation » à un monsieur « bien sous tous les rapports ». Tantôt les enfants se débrouillèrent tout seuls, le scoutisme et l'élargissement du carcan social (oh ! bien timide à cette époque) facilitèrent ces rencontres. Pour moi, mais ce fut longtemps après, je fis ce que les mobilisés de 1914, puis ceux de 1939 crièrent mais ne firent pas : « Nach Berlin », mais ceci est une autre histoire que j'espère être en mesure de raconter le moment venu.

Neuf enfants élevés, neufs enfants mariés, mariés à des gendres ou à des belles-filles conformes aux souhaits et aux idées de mes parents, et d'où allaient descendre beaucoup de petits enfants, voilà de quoi les rendre heureux. 
Et ils le furent.Et l'exprimèrent de tout leur cœur lors de leurs noces d'or, le 24 février 1956, jour où, comme 25 ans plus tôt, il faisait un froid abominable et l'abbé Pierre lançait pour la troisième fois son appel pour les sans-logis. 
Nous étions en Sarre, mais j'étais alors en mission à Paris pour quelques jours. J'allais donc la veille de la cérémonie chercher Maggy arrivant à la gare de l'Est, avec ses trois garçons, dont Gilles âgé d'un mois et couché dans un « promène-bébé » prêté par l'Ambassadrice de Carbonnel. Je revois encore la locomotive à vapeur du train, entrant dans la gare, couverte de glace, de stalactites, d'eau gelée comme dans le film « Docteur Jivago ». 
A la sortie de la gare, pas moyen d'avoir un taxi, ils faisaient grève. Après un long moment d'attente, pendant lequel nous avions mis le petit Gilles à l'abri des courants d'air glacés derrière une porte, excédé, je hèle un agent de police qui passait en portant une curieuse petite caisse en bois et je lui explique que j'ai là un nouveau-né qui va sûrement attraper la mort si nous ne pouvons avoir un taxi : « Faite excuses, Monsieur, répondit l'agent, nous on est pas chargé des nourrissons, on est là pour ramasser les chiens qui sont morts de froid » et il me montra sa caisse. 
Découragés et glacés, les cinq Lesort partirent à pied jusque chez les Taillandier (sœur et beau frère de Maggy habitant près de la gare du Nord). Nous y dînâmes et gagnâmes ensuite en métro la gare Saint Lazare pour gagner Versailles. A 10 heures du soir, nous remontâmes la rue Richaud. Jean Sébastien qui venait d'avoir sept ans et Olivier, cinq, titubaient sur les plaques de glace et pleuraient de froid, et l'on ne m'a pas cru quand j'ai dit que leurs larmes gelaient sur leurs petites figures.
Le lendemain, à la sortie de la messe célébrée en grande pompe à la Cathédrale de Versailles, les quelques membres de la famille qui avaient une voiture à leur disposition firent la navette entre l'église et la maison Chamussy, rue des Etats Généraux où avait été organisé un grand repas. Les personnes qui sur le perron de la Cathédrale attendaient leur tour de voiture se mirent à danser et à chanter pour se réchauffer. 
Mais il faisait si froid, bien que très beau, que nous nous réfugiâmes dans un petit bistrot voisin, où l'un d'entre nous eût cette conversation avec l'un des occupants du zinc :

« Qu'est-ce qu'ils font tous ces gens à chanter et à danser ?

- C'est parce que c'est le jour des noces d'Or de nos parents...

- Qu'est c'est qu'ça ?

- Cinquante ans de mariage !

- C'est pas vrai ! Cinquante ans avec la même bonne femme ! Qu'est-ce qu'il a dû s'emmerder !!"

Où, une fois de plus, la Vox Populi exprimait exactement le contraire de la vérité. Car mes parents, malgré tous les obstacles qu'ils avaient eu à surmonter, les difficultés de l'éducation de leurs difficiles enfants, les angoisses de deux guerres et bien d'autres tourments, avaient vécu très heureux pendant ces cinquante années. 
En ayant eu l'idée, je fus chargé par mes frères et sœurs d'annoncer à mes parents à la fin du déjeuner, après un toast émouvant de notre père, que nous leur offrions à l’occasion de leurs noces d'or, un voyage à Rome, symbole religieux et historique de cet événement. Ils gardèrent de ce « voyage de noces » un merveilleux souvenir.

25 février 1956, souvenirs conservés des noces d'or de nos grands-parents.



Dessin de Luc Guyot, 10 ans


24 février 2016, nos grands-parents se sont mariés il y a exactement 110 ans et cela nous fait évoquer leurs noces d'or en 1956, auxquelles la plupart de nos cousins ont participé.
Les photos du jour et les dessins offerts à cette occasion, que Grand-Mère avait précieusement conservés, nous rappellent cette journée chaleureuse malgré un froid polaire, où tous se réunirent chez les Chamussy après une messe à la cathédrale Saint-Louis.

Pour agrandir les photos ou les textes cliquer dessus.


Compliment de Claire Lesort, supportée par tante Cici


Xavier, Paul-André,Grand-père, tante Moineau
Compliment de Christophe Lesort

Régis Guyot, 7 ans
Allégorie de Jean-Michel Dhavernas


Daniel Lesort, 11 ans.


Olivier Lesort, 6 ans
Christophe Lesort, 7 ans



Jean-Sébastien Lesort, 7 ans

















Marc Lesort, 8 ans
François Lesort, 9 ans


Manuscrit en latin de Catherine et Henri Chamussy
Histoire édifiante de Benoît Chamussy

Décalques Yves et Hervé Kervella, 7 et 6 

Benôit Chamussy, 11 ans













Le Menu


Menu du grand jour




La Presse


Les cousins participants




La médaille de la Mairie (le 5 mars)



La Bénédiction apostolique



Février 1956, l'hiver terrible, le plus froid de 1750 à nos jours.





Beaucoup d'entre nous gardent le souvenir de l'horrible froid qui régnait en ce mois de février 1956 et ce n'était pas qu'une impression comme l'a si bien raconté notre oncle Gonzague dans ses souvenirs et comme la famille Xavier Lesort, venue en voiture  à Versailles depuis Boulogne sur mer, peut encore en témoigner.

L'hiver 1956 fut en effet un hiver marqué par des températures extrêmement basses dans l'hémisphère Nord, tout particulièrement en Europe occidentale, et fut caractérisé à la fois par des chutes de neige importantes et des records de froid dans de nombreuses régions, notamment en France. On estime le nombre de morts à environ 1 000 à travers l'Europe

Fin janvier 1956, un très puissant anticyclone s'était installé au sud du Groenland, et un autre était présent en Sibérie ; au même moment, une dépression prononcée était présente en Norvège, et une autre plus faible sur la Méditerranée orientale. Il en résulta un important apport d'air arctique sur l'Europe, d'abord du Nord et de l'Est, puis de plus en plus vers le sud et l'ouest, provoquant ainsi un mois de février particulièrement "saisissant".

Dès le 2 février, toute la France subit la vague de froid : il faisait -20 °C à Paris et la Seine fut entièrement gelée.
Cette vague de froid dura plus d’un mois en France et le thermomètre descendit jusqu’à -35 °C en Corrèze, record encore à battre aujourd’hui.

On a relevé plusieurs mètres de neige au sol sur la quasi totalité du pays et 95% des fleuves et rivières étaient gelés, même dans les estuaires et les grandes villes.
Les canalisations domestiques éclataient sous les assauts du gel. On ne pouvait plus creuser le sol pour enterrer les défunts.L'approvisionnement alimentaire était rendu impossible et les récoltes anéanties par plus d’un mètre de profondeur de gel du sol.

Bref, des conditions extrêmes qui seraient aujourd’hui bien plus catastrophiques dont voici les grandes lignes à retenir :
30 janvier : Début de l’offensive du froid sur la Pologne et l’Allemagne avec un anticyclone installé sur la Suède.
1er février : Arrivée de la vague de froid en France. Le thermomètre descend à -20 °C dans les Ardennes.
2 février : Dès le lendemain, le froid se généralise à tout le pays. Il fait -20°C à Paris. Le littoral méditerranéen est quant lui aux prises avec une dépression qui laisse 31 cm de neige à Antibes.
4 février : La Normandie accueille des chutes de neige exceptionnelles. On relève entre 60 cm et 1m20 de neige au sol.
5 février : A Nantes, la Loire charrie d’énormes blocs de glace de 1 m sur 50 cm.
10 février : Une deuxième vague de froid s’abat sur la France. Elle sera beaucoup plus virulente que la première.
11 février : La Moselle est entièrement recouverte de glaces. Il fait -25°C à Nancy, -32°C à Sarreguemines. Dans le Sud, une tempête de neige fait rage. On relève 50 cm à Saint Raphaël et 15 cm dans le centre-ville de Nice où les véhicules sont abandonnés.
12 février : Le froid fait des victimes et le bilan s’élève à 210 morts, dont 51 en France. Ce jour-là, le record de la température la plus basse tombe : -35 °C en Corrèze.
18 février : Le décompte macabre s’alourdit : 147 victimes en France et 611 dans toute l’Europe.
22 février : Il tombe 1 mètre de neige à Bordeaux.

Le froid sibérien persistera jusqu'au 28 février. La France vit alors au rythme d’un pays du Grand Nord, alors qu’elle n’y est pas habituée. Tous les cours d’eau et certaines parties du littoral Atlantique, de la Manche et de la Mer du Nord sont gelés.

La Seine gelée en 1956