André LESORT et Elisabeth LESORT née MADELIN vers 1930

André LESORT et Elisabeth LESORT née MADELIN vers 1930
André LESORT et Elisabeth LESORT née MADELIN vers 1930

Bienvenue

Bienvenue sur notre blog familial Lesort-Madelin ouvert le 24 février 2010, jour anniversaire du mariage de nos grand-parents Lesort-Madelin en 1906.
Ce blog a été créé pour permettre la publication des archives familiales patiemment rassemblées et classées par notre grand-père André Lesort lui même puis par notre oncle Paul-André Lesort.
Nous publions régulièrement sur ce blog des extraits de ces archives qui nous paraissent intéressants, significatifs, cocasses ou émouvants.
Ce blog sert également de lien dans la durée entre les plus de 430 cousins et neveux que nous sommes, il permet donc de suivre l'actualité familiale dont vous voudrez bien nous faire part ou de partager votre connaissance de notre histoire familiale :
envoyez nous vos avis, faire-parts, photos, documents, histoires familiales à l'adresse lesortmadelin@gmail.com; nous en publions régulièrement sur ce blog.
Ce blog étant d'accès publique nous sommes toujours heureux de recevoir également toutes les contributions documentaires extérieures concernant notre famille ainsi que d'apporter nous-mêmes notre propre contribution à d'autres sites ou publications.Même adresse mail: lesortmadelin@gmail.com

Les nombreux articles parus sur notre blog, près de 200, sont en cours de publication sous forme de livres intitulés Famille Lesort-Madelin La Saga dont le tome IV paraîtra en novembre 2018.



vendredi 28 juin 2019

Mes plus anciens souvenirs chap III (1914-1916) par Chantal Chamussy-Lesort

La famille Lesort-Madelin en 1915


Granville (1914-1916). Pour lire la suite du récit cliquer sur :


Les trois sœurs ont vraiment de la conversation.


Eté 1987, les trois sœurs à Saint Lunaire

D'une façon générale notre famille est connue pour avoir la langue bien pendue et certaines de nos tantes tout particulièrement, une anecdote amusante l'illustre plaisamment.
En 1987, tante Gertrude Bidault était venu voir notre famille en France et je ne sais plus quel fut son périple mais elle faisait un tour en Bretagne avec oncle Léon et tante Chantal Chamussy ainsi que tante Marie-Geneviève Dhavernas.
Oncle Léon véhiculait les trois sœurs dans sa voiture depuis plusieurs jours avant de passer nous voir Claire et moi à la Landriais sur Rance où nous allions, à cette époque, en vacances dans une maison au bord de l'eau.
Nous avons vu arriver avec plaisir cette sympathique équipée familiale, les trois sœurs toutes pimpantes, pleines d'entrain avec leurs nouveaux interlocuteurs et entamant illico une conversation extrêmement animée ; oncle Léon, lui paraissait moins en forme et plutôt désireux de contempler tranquillement, et un tout petit peu à l'écart, le beau paysage de ce bord de Rance.
Avec toute la délicatesse nécessaire, il me fit comprendre que la volubilité de ses trois passagères l'avait quelque peu étourdi et qu'un moment au calme lui ferait un bien fou.
Puis, alors qu'il n'était d'habitude pas spécialement un grand bavard, oncle Léon  devint extrêmement loquace avec moi, profitant sans doute pleinement d'un espace d'expression que les trois sœurs ne lui avaient probablement pas beaucoup laissé les jours précédents...
Cette anecdote m'est chère par son côté plaisant bien sûr mais surtout parce qu'elle est le souvenir vivant de personnalités auxquelles nous étions très attachés.
Dans la même veine, quelques années plus tôt, j'avais, avec grand plaisir d'ailleurs, retrouvé par hasard dans un bus versaillais, tante Chantal Chamussy et tante Marie-Geneviève Dhavernas qui voyageaient de concert. M'apercevant, elles me prirent chacune par un bras pour me tenir, au propre comme au figuré, pendant la durée de notre trajet commun, chacune une conversation différente ce qui me laissa également quelque peu étourdi mais certainement uniquement par simple manque d'entrainement...

François Lesort

1987, les trois sœurs à la Landriais (photo d'oncle Léon Chamussy)



vendredi 7 juin 2019

Hommage à Jean Bernus



Voici le bel hommage qu'à prononcé Béatrice Dhavernas aux obsèques de Jean Bernus le 27 mai dernier :

Cher Jean,

Permets à la secrétaire à vie du club des beaux-frères et des valeurs ajoutées de te dire notre grande affection et notre admiration. 
Admiration pour la façon dont tu as supporté les épreuves que la vie ne t'a pas épargnées et la maladie qui t'a si durement frappé.
Même quand celle-ci a commencé à obscurcir ta pensée et diminuer ton activité, tu tenais, avec les visiteurs qui te le proposaient, à partager les lectures spirituelles du jour.
Par conviction, tu as souhaité aller à Lourdes confier à Marie toutes tes intentions.
Ces temps derniers, même si quelques légitimes sautes d'humeur, bien fondées, traduisaient ton impatience, tu restais confiant et tu offrais à chacun ton bienveillant sourire.
D'année en année nous t'avons découvert et appris à te connaître : calme, réservé, presque secret, attentif, actif, curieux de tout, discret, toujours modeste, pudique, besogneux, déterminé.
Et, au fil des ans nous avons aussi découvert le champs de toutes tes passions : 
La généalogie d'abord et tes racines lyonnaises bien sur ! Ton berceau familial et amical ...
Les technologies avancées de la communication et des sciences du futur, l'actualité du rail, tout t'intéressait et alimentait ta curiosité.
La construction, le bâtiment, la plomberie, aucun bricolage ne te résistait.....
Ta passion pour la mer, les bateaux, les voitures, les moteurs ....
Ah oui, Jean, les moteurs ! 
Depuis ta première Traction Avant dont tu vantais la "suspension conventionnelle, les 77 chevaux, les freins hydrauliques et le carburateur amélioré … ! »
Ton coupé sport dernier cri, acquis avec tes premières économies : arme fatale de jeune premier célibataire à la conquête de la capitale, ( et nous en connaissons même une qui a succombé !).
Jusqu'à tes dernières Lancia dont tu excellais à monter et démonter les moteurs avec une dextérité qui nous laissait pantois : combien de fois l'un ou l'autre ne t'avons nous trouvé sous ta voiture, seuls tes pieds dépassant de l'engin en panne, aucunement inquiet d'une réparation à effectuer et déclarant : " pas de problème , c'est un jeu d'enfant ! " 
Dernièrement encore, en fin connaisseur tu évoquais, avec une certaine nostalgie, les prouesses de la dernière Lamborghini du salon de Genève ! 
À ceux qui te demandaient avis ou conseil, tu faisais en bon pédagogue, patiemment partager tes réflexions et connaissances techniques inépuisables. 
Evidemment, ton habileté de bricoleur chevronné, entraînait une propension certaine à l'accumulation d'outils, d'objets hétéroclites, de voitures hors d'usage que tu avais l'art de parsemer dans tes diverses résidences.
Mais, tu l'affirmais avec raison : " Je garde tout... cela va me servir ! " 
Ton intérêt aussi Jean pour la politique locale sévrienne...
Ton enthousiasme pour les grands espaces, les cimes enneigées, les horizons lointains... les Amériques, Madagascar... les mers calmes et bienfaisantes qui nourrissaient tes rêves, les rivages accueillants pour vos escapades familiales...
Que de kilomètres parcourus ! Que de voyages et de découvertes, faites avec Marie-Pierre et vos enfants chéris !
Et ta Passion Jean pour le soleil ! 
Soleil des réunions familiales et amicales à Coupin, Versailles, Sèvres, Lyon, ... Carqueiranne ! 
Soleil de tes liens privilégiés avec tes nombreux filleuls. 
Soleil de l'amitié quand tu réunissais les " anciens de ta promo " côtoyés dans tes études d'ingénieur.
Soleil de ta fidélité sans faille pour Marip' et tes trésors... Nathalie, Franck, Camille et Jade.
Ce soleil, tu en recherchais le moindre rayon et la douce chaleur : Il te rappelait l'enchantement de l'Italie et de tes terres méditerranéennes que tu aimais tant ! 
Nous te laissons cher Jean....
Nous te laissons... dans les bras de ton Seigneur...
enveloppé de son soleil éternel !

Béatrice Dhavernas








Garanti sans virus. www.avast.com