André LESORT et Elisabeth LESORT née MADELIN vers 1930

André LESORT et Elisabeth LESORT née MADELIN vers 1930
André LESORT et Elisabeth LESORT née MADELIN vers 1930

Bienvenue

Bienvenue sur notre blog familial Lesort-Madelin ouvert le 24 février 2010, jour anniversaire du mariage de nos grand-parents Lesort-Madelin en 1906.
Ce blog a été créé pour permettre la publication des archives familiales patiemment rassemblées et classées par notre grand-père André Lesort lui même puis par notre oncle Paul-André Lesort.
Nous publions régulièrement sur ce blog des extraits de ces archives qui nous paraissent intéressants, significatifs, cocasses ou émouvants.
Ce blog sert également de lien dans la durée entre les plus de 430 cousins et neveux que nous sommes, il permet donc de suivre l'actualité familiale dont vous voudrez bien nous faire part ou de partager votre connaissance de notre histoire familiale :
envoyez nous vos avis, faire-parts, photos, documents, histoires familiales à l'adresse lesortmadelin@gmail.com; nous en publions régulièrement sur ce blog.
Ce blog étant d'accès publique nous sommes toujours heureux de recevoir également toutes les contributions documentaires extérieures concernant notre famille ainsi que d'apporter nous-mêmes notre propre contribution à d'autres sites ou publications.Même adresse mail: lesortmadelin@gmail.com

Les nombreux articles parus sur notre blog, près de 200, sont en cours de publication sous forme de livres intitulés Famille Lesort-Madelin La Saga dont le tome IV paraîtra en novembre 2018.



vendredi 31 mai 2019

Mes plus anciens souvenirs chap II (1912-1914) par Chantal Chamussy-Lesort

Chantal, Gertrude et Wilhelmine en 1911 avant le départ pour Versailles

Versailles 1912-1914. Voilà la suite des merveilleux souvenirs d'enfance de notre tante Chantal Chamussy, sa capacité d'observation et sa mémoire toutes deux précoces enchantent tout en restituant bien toutes les naïvetés du jeune âge.

Précoce, la petite Chantal l'était très certainement et les courriers de ses parents en témoignent, car très fiers en effet mais aussi parfois un peu dépassés par les capacités de raisonnement et d'argumentation de leur aînée, ils en font abondamment part dans leur correspondance familiale. 
Sa mère à sa belle-sœur Germaine Huille : "Chantal continue à avoir un jugement d'une personne de 40 ans et l'enfantillage d'un bébé de 3 ans, jamais elle n'a ses 9 ans sauf pour écrire des romans".
Ce sont tout à fait les caractéristiques d'une enfant précoce mais comme elle était de plus dotée d'un caractère déjà très affirmé, ce qui n'étonnera personne, ses parents semblent parfois avoir à faire à forte partie.
Sa mère encore à Ludovic Lesort, à propos de Chantal : "Ce sera une femme capable [elle n'imaginait pas combien!] mais c'est une caboche [une forte tête], une petite raisonneuse."

Quelques années plus tard ce fut une bénédiction pour ses derniers frères et sœur que Chantal, pourtant encore bien jeune, ait eu la capacité de prendre en main une grande partie de l'organisation familiale avec une grande autorité tempérée de beaucoup d'affection.


Pour lire cette suite des souvenirs de Chantal Chamussy cliquez sur :




Février 1906. Voyage de noces en terre pas vraiment inconnue.


Notre Dame des Victoires

André Lesort et Elisabeth Madelin, qui vient de perdre son père Amédée Madelin, se sont donc mariés à Paris dans la plus stricte intimité le 24 février 1906.
Le soir même, en voyage de noces, à Orléans, la toute nouvelle mariée écrit à sa mère une lettre retrouvée dans nos archives familiales, extraits :

Orléans le 24 février 9 h 1/2 1906

Ma chère, chère, chère maman chérie

Nous voilà arrivés à notre première étape comme deux jeunes fous. Nous avons dîné au wagon restaurant, pas de très bon appétit; mon André n'avait pas beaucoup plus faim que moi mais nous avons beaucoup causé et j'ai révélé à André les hontes de la famille ... c'est à dire "l'étole" des papas Xardel, mais par bonheur nous avons eu d'autres sujets de conversation. Notre pèlerinage à ND des Victoires a réussi. Nous avons fini par découvrir un bedeau complaisant qui a installé notre corbeille aux pieds de la Ste Vierge. Il n'y a pas eu de sœurs avec ou sans ceintures bleues, du moins à ND des Victoires, car dans le train nous n'avons pas été seuls une seconde. A présent nous voilà en un doux tête à tête dans notre chambre du touring-club, André est exquisement idéal comme dirait le brave Vanette. J'écris très ébouriffée mais cela n'a pas l'air de scandaliser l'élu de mon cœur. Je me rends compte que ma lettre est très "femme de ménage". J'écrirai plus sérieusement demain.
Je vous embrasse ainsi que mon André, il a même l'attention délicate de m'embrasser en disant que c'est pour Papa. Maman je vous aime et je vous remercie de tout mon cœur.

Votre petite
                          
   [signé]               Bobeth                                       André    



Chauffage central et éclairage électrique : un luxe pour l'époque!