André LESORT et Elisabeth LESORT née MADELIN vers 1930

André LESORT et Elisabeth LESORT née MADELIN vers 1930
André LESORT et Elisabeth LESORT née MADELIN vers 1930

Bienvenue

Bienvenue sur notre blog familial Lesort-Madelin ouvert le 24 février 2010, jour anniversaire du mariage de nos grand-parents Lesort-Madelin en 1906.
Ce blog a été créé pour permettre la publication des archives familiales patiemment rassemblées et classées par notre grand-père André Lesort lui même puis par notre oncle Paul-André Lesort.
Nous publions régulièrement sur ce blog des extraits de ces archives qui nous paraissent intéressants, significatifs, cocasses ou émouvants.
Ce blog sert également de lien dans la durée entre les plus de 430 cousins et neveux que nous sommes, il permet donc de suivre l'actualité familiale dont vous voudrez bien nous faire part ou de partager votre connaissance de notre histoire familiale :
envoyez nous vos avis, faire-parts, photos, documents, histoires familiales à l'adresse lesortmadelin@gmail.com; nous en publions régulièrement sur ce blog.
Ce blog étant d'accès publique nous sommes toujours heureux de recevoir également toutes les contributions documentaires extérieures concernant notre famille ainsi que d'apporter nous-mêmes notre propre contribution à d'autres sites ou publications.Même adresse mail: lesortmadelin@gmail.com

Les nombreux articles parus sur notre blog, près de 200, sont en cours de publication sous forme de livres intitulés Famille Lesort-Madelin La Saga dont le tome III est en préparation.




vendredi 22 décembre 2017

1943. Chien méchant et toilette de chat ou les aventures de deux jeunes cousins de huit ans à Neuville aux Bois.


Été 1943. Deux cousins en vacances à Neuville aux Bois .


1943. Henri Chamussy, tout heureux à la Pichardière
Récit d'Henri Chamussy. (Courrier à VPF du 1er novembre 2000.)

"Je profite de ce courrier obsolète qu'est une vieille lettre timbrée et jetée dans une boîte aux lettres (après avoir probablement fait poche restante pendant quelques jours) pour dire que j'ai lu, avec plus que de l'intérêt “La famille dans la tourmente de la dernière guerre”, Vème partie, 1943, et en particulier, pages 418-419, les passages Consacrés à La Pichardière en juillet-août 1943.
Car il se trouve qu'à ce moment - en août probablement j'ai séjourné à Neuville-aux-Bois chez grand-père et grand'mère Lesort, séjour qui, dans mon souvenir, me semble avoir été très long (et très heureux), mais qui en fait a probablement duré deux ou trois semaines...
J'avais huit ans, mais ma mémoire a enregistré des images probablement un peu déformées par les cinquante-sept ans écoulés depuis ces vacances, mais très nettes. Convoyé depuis la Bourgogne jusqu'à Paris par tante Hélène Chamussy (la sœur de Papa), j'avais été fourré dans un autocar poussif de Paris à Neuville (il y avait donc des cars de Paris à Neuville ?). J'étais coiffé d'un chapeau de paille que grand'mère avait trouvé très "paysan" (je crois que ce n'était pas un compliment...).
En revanche, curieusement, je n'ai conservé aucun souvenir du voyage de retour, de Neuville à Lyon.
Grand-père et grand'mère avaient loué un petit appartement dans Neuville, rue Donon, et avaient eu la bonne idée d'inviter en même temps que moi Jean-Michel Dhavernas. Le logement était modeste et, pour accéder aux W-C., il fallait traverser la cour hantée par un chien féroce dont j'avais une peur bleue. La légende familiale veut que Jean-Michel n'en ait pas eu peur du tout, et on me faisait honte de ma couardise. Je reste persuadé que Jean-Michel en avait aussi peur que moi, mais avait habilement manœuvré devant le tribunal grand-parentesque.
Grand-père nous entraînait dans des promenades à pied, barbe en avant et canne sonnant sur les graviers, d'un pas féroce que nous avions du mal à emboîter, vers des lieux aussi exotiques que la Mardelle, ou le "grand gouffre" [une sablière abandonnée], avec quelques incursions en forêt. Nous allions aussi goûter sous l'orme de la Brase, quand le vent n'y apportait pas les odeurs d'un atelier d'équarrissage dont l'idée même me soulevait le coeur ...
Mais bien entendu nous allions quotidiennement à la Pichardière et je vois encore très bien oncle Jules, coiffé, me semble-t-il, d'un vaste couvre-chef (l'été a dû être très beau, je n'ai que des souvenirs ensoleillés) et assis dans son fauteuil devant la maison. Je me souviens qu'il bavardait très gentiment avec Jean-Michel et moi, nous posant des questions sur nos "études". Tante Germaine devait être également là, puisque oncle Jules se réjouit de son arrivée le 4 août, "et que les Lesort arriveront à peu près en même temps". Il semblerait que tante Geneviève et oncle Léon Zeller étaient également à Neuville à ce moment, mais je n'ai pas conservé le souvenir, sinon que je revois, dans ma mémoire, d'autres gens que grand-père, grand'mère et oncle Jules devant la Pichardière.
Côté sombre de ces vacances lumineuses : mon admission en septième chez les Jésuites du collège Sainte-Hélène, à Lyon, avait peut-être posé quelques problèmes, car j'étais, une heure par jour, confié aux bons soins d'un instituteur neuvillois qui me faisait le calcul et l'orthographe. L'heureux Jean-Michel ne partageait pas cette corvée, ce dont j'ai gardé, à travers les décennies, une jalousie ineffaçable...
La lecture de ce numéro de Notre Famille m'a replongé dans ces souvenirs lointains. Heureux âge : je ne me sentais nullement "dans la tourmente", et pourtant je revois des tas de choses de l'époque, les bombardements de Lyon, des défilés allemands, la Libération l'été suivant …" Henri
L'anecdote racontée par tante Cici Lesort.

Tante Cici, récemment fiancée à Xavier Lesort, devait, de son côté, être présentée très officiellement à la Pichardière ce même été 1943.
Elle avait été adoubée par notre grand-mère Elisabeth Lesort (lettre à Germaine Madelin, sa nièce) :
"Nos "pièces rapportées" sont décidément très réussies et me voilà délivrée de la crainte d'avoir des belles filles pimbêches, la nouvelle Cécile étant un trésor de simplicité et d'entrain. Elle a tout à fait sa place dans la famille et s'initie, peu à peu, au "mystère" Lesort, comme disent mes enfants lecteurs de Mauriac."
La mecque familiale de la Pichardière faisait partie intégrante du  “mystère” Lesort et honneur suprême, tante Cici avait été logée à la Pichardière même alors que nos grands-parents, eux-mêmes, logeaient effectivement dans le bourg de Neuville.
Rendant visite à sa future belle-mère, dans son logement à Neuville, tant Cici avait assisté à une scène qu’elle avait trouvé du plus haut comique et qu’elle aimait bien raconter avec sa verve habituelle et son rire contagieux.
Henri et Jean-Michel, nos très jeunes gaillards, tous deux confiés à la garde de leur grand-mère, faisaient de concert une très discrète et très légère toilette de chat dans une même cuvette, sous la surveillance plutôt distraite de Grand-Mère, complètement prise par la narration, aux effets dramatiques, de son histoire préférée, le petit Ravageot !



1943. Jean-Michel et Henri à la Pichardière avec Dominique Lesort au premier plan, André Lesort et Moineau Lesort au deuxième plan.
Commentaire de Jean-Michel Dhavernas.
(mail au blog Lesort-Madelin en mai 2014)


"Effectivement, Henri et moi avons très souvent séjourné ensemble soit dans nos familles à Paris, Versailles, Moroges etc., soit chez des oncles et tantes diverses : Tante Mimine, qui était ma marraine, à la bibliothèque d'Orléans, tante Nicole Chabert à Gérardmer etc.
Il est exact que grand-père et grand-mère nous ont emmené pour un court séjour à la Pichardière. Je crois que c'était après la guerre [en fait 1943]. Nous devions avoir une dizaine d'années [huit ans]. Ils avaient loué un petit logement dans Neuville aux Bois. Henri et moi partagions une chambre et un grand lit dans un autre bâtiment. Il fallait traverser une petite cour. Notre problème était la présence d'un terrifiant petit roquet qui régnait en maître sur ladite cour et, bien sûr, nous terrorisait. La stratégie pour rejoindre notre chambre était simple : surprendre le monstre par un sprint olympique et, le souffle court, claquer aussitôt derrière nous la grosse porte en bois. Le problème se compliquait pour les WC. Seul accès : la cour. Il s'agissait donc d'en limiter l'usage au maximum, surtout le soir. Nous avons donc longuement étudié différentes tactiques ainsi que plusieurs techniques de contraction musculaire bas-ventrale. Par exemple, s'enrouler très étroitement dans l'édredon du lit. Guère de succès mémorable! Finalement, après moult hésitations et interrogations angoissées, il nous fallait bien affronter courageusement le danger...Nous nous en souvenons encore ! Quant à la toilette citée par tante Cici–sur quelles indications ?... [celles de ses propres yeux, voir précédemment] elle se faisait évidemment avec un broc d'eau froide sur une cuvette émaillée (heureusement pas dans la cour). Ce devait effectivement être ultra-rapide. Je ne crois pas que grand-mère avait emporté le livre du Petit Sauvageot [Petit Ravageot, mais elle le connaissait absolument par coeur] avec elle. Elle nous l'avait déjà lu et relu depuis longtemps. Mais "si non e vero." Et c'est un bon souvenir que nous partageons avec Henri.
La Pichardière appartenait alors à l'oncle Jules Madelin. Pourquoi avait-il interdit de grimper aux arbres?..Mais c'est grâce à ce séjour que j'ai connu La Pichardière, son parc, l'orme de la Braze etc ... sous la houlette des grands-parents." Jean-Michel




Farceur ou bohème, deux jeunes ados de la famille Lesort (1934-1936)


La famille Lesort en 1934 à la Pichardière

Au décès de notre oncle Gonzague, j'ai été contacté par une charmante dame dont la sœur, religieuse, avait bien connu dans sa jeunesse les Lesort à Versailles et cherchait comment faire parvenir une lettre de condoléances à Olivier Lesort.
Par la suite, Sœur Odile Ragot nous a confié avec beaucoup de gentillesse, en juillet 2017, plus de quatre-vingt ans après, ses souvenirs d'adolescente sur notre famille.
Nous l'en remercions et nous avons ainsi une image plutôt amusante de Gonzague et Thérèse Lesort encore jeunes adolescents.
Merci aussi à Anne Kervella, fille de Thérèse Lesort, qui a fourni quelques indications rectificatives ou complémentaires au texte.
J'ai pu savoir que Sœur Odile avait  eu l'occasion de consulter à loisir notre blog cet été, chez sa sœur, et qu'elles semblaient toutes deux avoir bien apprécié!
Les photos de la famille Ragot ont été fournies sous forme de photocopies par Sœur Odile.

François Lesort

Voici ses souvenirs :


Les enfants de la famille Ragot à Versailles en 1935
1er rang de G à D : Anne-Marie, Bernard, Claude
2ème rang de G à D : Yves, Etienne, Odile, Alfred


"Nous avons connu la famille Lesort alors que nous habitions Saint Cyr l'Ecole où mon père, militaire de carrière était instructeur tout en préparant le concours d'entrée à l'Ecole de Guerre.
Alfred Ragot, scout en 1937
C'est par le scoutisme qu'Alfred mon frère aîné (décédé en 1938) s'est lié d'amitié avec Gonzague.
Celui-ci est venu nous voir à Saint-Cyr. Dans le salon s'étalait la fourrure d'une magnifique panthère (tuée en Indochine par un grand-oncle). La tête était effrayante, on voyait ses crocs, et de la gueule grande ouverte sortait une grande langue rouge.
Nous habitions un immeuble réservé aux familles de militaires. Au milieu il y avait une grande cour, terrain de jeux pour les enfants.
Gonzague endossa la panthère et se précipita dans la cour en faisant des bonds parmi les enfants qui hurlaient de peur! Mes parents ont dû descendre de leur quatrième étage pour rassurer les familles en émoi.

En 1934, mon père entrait à l'Ecole de Guerre à Paris et nous partions habiter Versailles où trois de mes frères étaient scolarisés. C'est là que je fis la connaissance de Thérèse, elle fut ma meilleure amie avec Cécile Mehrmann dont le père était notaire rue de l'Orangerie où nous habitions.

1935.Thérèse Lesort (avec Henri)
Toutes les deux sont venues me voir au noviciat du 140 rue du Bac à Paris et comme l'usage de ce temps stipulait qu'on n'entretienne plus de relations avec ses amies, je n'ai plus reçu de nouvelles de Thérèse, cela m'a beaucoup peinée.
Cependant par l'intermédiaire d'Anne Bergeron, une versaillaise, aussi Fille de la Charité et qui connaissait les Lesort, j'ai appris le mariage de Thérèse, puis sa maladie et l'entrée de son mari à la Pierre qui Vire après son veuvage.


Lors de notre séjour à Versailles (1934-1936), je suis allée souvent rue du Hazard voir Thérèse. J'y rencontrais ses parents mais aussi Wilhelmine, Paul-André, Gonzague et le plus jeune des garçons [non c'était Gonzague], Xavier (je crois) alors élève au Grand Séminaire Xavier a effectivement fait quelques années de PETIT séminaire, très austères, avec vacances scolaires décalées par rapport aux autres établissements (pour être sûrs qu’ils ne rencontrent pas trop d’autres enfants de l’extérieur, notamment de trop charmantes amies de leurs sœurs, ce qui aurait pu décourager des vocations…)].
1936. Odile et Etienne Ragot
Nous découpions des figurines dans les catalogues et on les habillait avec les modèles proposés. Le dimanche Thérèse venait à la maison, si elle n'était pas punie à l'école! elle était élève au cours Gufflet [Erreur sur l’école de Thérèse. Elle me disait parfois : « J’ai passé dix ans au Collège d’Hulst, c’est pour ça que tu n’y es pas… » Elle avait même répété cette argumentation un jour aux demoiselles Gufflet devant moi, et je n’en croyais pas mes yeux de voir ces dignes vieilles filles essayer de cacher leur fou-rire. AK], ses frères allaient peut-être chez les Eudistes [à Saint Jean de Béthune]
.
Gonzague aimait faire des farces : il aimait bien imiter son oncle Louis Madelin. C'est ainsi qu'un jour ce dernier l'a surpris en train de l'imiter, je n'ai pas su la suite !
En quittant Versailles pour Amiens en 1936 nous n'avons pas perdu de vue les Lesort et comme un de mes frères faisait un camp de louveteaux dans la vallée de Chevreuse, mes parents ont convenu avec Mr et Mme Lesort que l'aumônier laisse son habit religieux chez eux pendant la durée du camp. L'occasion était trop belle pour Gonzague : revêtu de l'habit blanc des Dominicains, il s'est promené dans le quartier et a sonné chez les voisins! Je ne sais comment cela s'est terminé !



 Peau de grand fauve ou habit de dominicain : les déguisements d'un jeune farceur.

Et puis la guerre est arrivée et nous sommes partis en Charente alors que mon père "rongeait son frein" dans un camp de prisonniers en Allemagne pendant 5 ans. Mais je sais que Paul-André avait rencontré dans un train un ancien soldat qui avait fait la guerre de 14 avec mon père, il le croyait mort !
Thérèse me parlait aussi souvent de sa sœur qui habitait le Mexique où les chrétiens étaient persécutés. Je crois qu'elle avait épousé un Dhavernas (très engagé dans le scoutisme) [petite confusion entre Gertrude et Marie-Geneviève].

Thérèse n'a jamais fait de scoutisme [pas tout à fait exact] alors que moi-même j'y étais engagée. Nous n'avions pas du tout le même tempérament. J'admirais beaucoup sa spontanéité et sa gaieté. Elle était un peu "Bohême" [Ah bon?] alors que ce n'était pas du tout mon genre ! Elle est venue me voir à Amiens et m'a appris à tricoter des socquettes !
Ce sont vraiment de très vieux souvenirs que mes 93 ans n'ont pas oubliés.

Sœur Odile Ragot
Fille de la Charité de saint Vincent de Paul. 


Odile Ragot en 1945 (21 ans)
Thérèse Lesort en 1944 (20 ans)




jeudi 30 novembre 2017

Neuf enfants Lesort, neuf mariages heureux : Thèrèse Lesort et Pierre Kervella




Nos grands-parents Lesort devaient finalement constituer une assez bonne publicité vivante pour le mariage, puisqu’ils marièrent leurs neuf enfants, dont la plus jeune, Thérèse, dernière à convoler en 1948. Mais contrairement à quatre de ses cinq sœurs, celle-ci ne s’est pas unie « sur présentation » lors d’un « mariage arrangé », selon les formules consacrées : elle a même refusé les offres de ce genre qu’on lui avait ménagées (dont celle d’un certain Eugène dont nous ne parlerons pas), et a par ailleurs dû braver une vraie résistance familiale pour imposer son amoureux PK. Du quartier Saint-Louis au Mexique et du parc de Versailles au Musée Grévin, Pierre et Thérèse ont finalement réussi, comme dans l’Evangile, à fonder leur maison sur le roc et leur couple sur la pierre (qui ne virait pas encore).
Blandine Ayoub, dernière fille de tante Thérése

Pour lire le récit illustré de Blandine cliquer ici

Le faire-part de mariage

Pierre Kervella entouré des générations suivantes. Cousinade 2009 à Versailles.

Enquêtes d'identification en cours.

Nous menons actuellement deux enquêtes pour identifier des personnes que nous pensons faire partie de notre ascendance ou proche de celle-ci et dont les portraits proviennent de chez nos parents.

Si quelqu'un avait quelque information à ce sujet, nous serions preneurs. Merci par avance.

1) Ci-dessous le charmant portrait de deux jeunes enfants avec un petit chien provenant de chez Xavier et Cici Lesort et maintenant en possession de Claire Lesort-Chevalier. Celle-ci nous dit que tante Cici les appelait les petits grands oncles et nous pensons qu'il pourrait s'agir d'Henri et de Félix Bonnet, les deux petits frères de Marie Madelin née Bonnet, notre arrière grand-mère. 



2) Ci-dessous un autre portrait qui provient du salon du Prieuré, la résidence en Normandie d'oncle Gonzague Lesort et maintenant détenu par notre cousin Nicolas Lesort. Celui-ci nous dit que son père l'appelait "l'ancêtre" sans autre précision.
S'il s'agit bien d'une ancêtre à nous, on pourrait penser à Adelaïde Bonnet née Aucante, l'épouse de Louis-Ferdinand Bonnet mais sans certitude.

Notre cousin issu de germain, Michel Budan, toujours très coopératif, a fait une analyse anthropométrique à la Bertillon en comparant ce portrait à un portrait identifié d'Adelaide Bonnet et trouverait des correspondances.
Nous vous livrons son comparatif : 




vendredi 27 octobre 2017

"Quelques moment d'une vie". Souvenirs de Paul-André Lesort. 2ème partie.


1939. PA et Moineau Lesort

Voici donc la deuxième partie de "Quelques moments d'une vie" où notre oncle Paul-André Lesort raconte certains moments importants pour lui de son enfance, de sa jeunesse, de ses études, de la guerre, de sa captivité ou de son retour à la Libération. 
La relation de ces moments est rendue aussi émouvante que vivante par le talent d'écrivain que nous connaissions à notre oncle Paul-André ...
Notre cousin Christophe Lesort a illustré ces récits, tout spécialement pour notre blog, avec des dessins de l'auteur lui-même ou des photos de l'époque.

S'il était nécessaire de s'assurer des talents littéraires de notre oncle Paul-André Lesort, relisons cet extrait de l'article de François Mauriac (excusez du peu !), paru à la Une du Figaro du 1er juin 1954, au sujet du prix des Critiques, attribué cette année là au "charmant petit monstre de dix huit ans" Françoise Sagan pour "Bonjour tristesse" :

Le dernier prix
par François Mauriac de l'Académie française
...
Je dis : à mérite égal, que de beaux noms avaient été prononcés à ce jury du prix des Critiques ! Et d'abord, celui de Paul-André Lesort, jeune maître du roman, dont le dernier livre paru chez Plon : "Le vent souffle où il veut" vient après trois autres qui ont fortement marqué sa place. Sans doute est-ce précisément sa jeune renommée qui l'a fait écarter.
...

Pour lire "Quelques moments de vie" 2ème partie cliquer ici. 




A propos de la parution de "Quelques moments d'une vie"


1988. Paul-André Lesort avec Lourdes, Beatriz et Henrique Rodriguez-Chamussy

La parution de "Quelques moments d'une vie" a suscité nombre de réactions enthousiastes de la part des membres de notre famille.
Ces différents épisodes, importants dans la vie de notre oncle Paul-André, ont été trouvés vraiment intéressants mais c'est leur relation, aussi pudique qu'émouvante, de plus servie par une écriture remarquable, qui nous a tous profondément touchés.
Nous publions à ce sujet un beau et sympathique message de notre cousine Marie Chamussy-Rodriguez  qu'elle a pris la peine d'illustrer par trois photos extraites de ses albums : 

"Très chers cousins, merci du dernier blog reçu hier. Vous ne savez la joie et l’émotion que je ressens toujours à l’arrivée du blog. Merci pour ce grand travail qui nous permet de re-connaitre ou connaitre l’histoire de nos racines et nos branches (surtout pour ceux de nous qui sont loin et pour la génération de nos enfants et petits-enfants), nous rappeler et nous sentir faire partie de cet arbre chaque fois plus étendu dans le temps et dans l’espace.
J’ai été cette fois particulièrement touchée par les textes de l´oncle Pipe ! (Comment l’appeler autrement !!!). Un grand merci à ses enfants qui nous les ont fait partager. J’ignorais aussi que oncle Pipe dessinait si bien !

Quand oncle Pipe est revenu j’étais trop petite pour comprendre ce qui s’était passé. Plus tard je me souviens que maman nous recommandait de ne pas poser de questions aux personnes qui avaient beaucoup souffert et qui ne désiraient pas en parler. J’allais souvent chez une de mes amies du cours Gufflet, Marie Madeleine Philippe, dont le père avait été aussi en captivité. Effectivement son père était très silencieux et son attitude me faisait un peu peur. Un soir, en vacances dans la Creuse avec sa famille (J´avais sans doute dix ou onze ans) monsieur Philippe avait tout d’un coup commencé à parler avec nous de ses années de captivité et j’en suis restée stupéfaite et bouleversée.


La lecture des textes de Oncle Pipe m’a rappelé que j’avais dans un de nos albums de photos, une de nos trois enfants petits (c'était en 1988, nous avions été passer Noël en France) avec oncle Pipe en train de dédicacer son livre « Tabakou à Jérusalem », un conte de Noël dont il avait fait cadeau à Lourdes. Ci-joint la photo dans l’appartement de papa et maman à Versailles, et les photos du livre et de la dédicace.

Merci encore à toute l’équipe du blog pour son grand travail et toute mon affection à notre grande tribu !"



                                                            Tabakou et sa dédicace

La saga Lesort-Madelin tome III est parue.

                                        


Comme annoncénous faisons paraître le troisième tome de la saga Lesort-Madelin, dont voici la table des matières : 

Généalogies Madelin-Bonnet et Lesort-Madelin  …………………      p 2-5
En guise d’introduction  ………………………………………………       p 6
Journal de l’année 1918 par André Lesort ………………………...       p 15
Le meilleur du journal de la Pichardière.
Cahier II (1904-1921) Extraits illustrés  ……………………………..       p 93
Elisabeth Lesort fait de la bande dessinée  ………………………..       p 139

L’histoire de notre famille reste vivante sur le blog Lesort-Madelin :                                        
  • La Pichardière …………………………………………………...      p 159
  • L’autre paradis perdu, Saint Georges de Boscherville ……...  p 167
  • Souvenirs de Jules Lorin à la Pichardière  …………………...   p 179
  • Un extravagant mariage … et ses heureuses suites ………..   p 190
  • 1870. Amédée Madelin pris en otage par les prussiens …....   p 196
  • 4 novembre 1905. Un télégramme capital  …………………..     p 208
  • 1917. André Lesort, “père” des fonds médico-militaires …....  p 213
Un rêve de Madame Aucante à la Pichardière. Conte illustré ……..    p 224
Le meilleur du journal de la Pichardière
Cahier III (1922-1927) Extraits illustrés  ……………………………..        p 231

La malle aux souvenirs :         

  • Histoires de famille. La canne et la benne  ……………………    p 277
  • Souvenirs et commentaires autour d’une belle photo  ……...   p 281
  • Aux délices de notre grand-mère Elisabeth Lesort  ………....    p 284
  • Les trois frères Lesort  …………………………………………....    p 290
  • Vieille photo, quiproquos, devinette et solution  …………….    p 292
  • Deux soeurs Lesort  …………………………………………….....    p 296
  • Médaille et hommage funéraire à André Lesort  ……………..     p 297
Cet ouvrage, de mêmes caractéristiques que le tome 2 possède cette fois 305 pages avec plus de 200 photos ou illustrations.

Chaque ouvrage coûte 21 € plus, si nécessaire, les frais d'envoi sous enveloppe à bulle, qui sont de 6,50 € par ouvrage pour la France.
Les ouvrages seront envoyés à l'adresse figurant sur les chèques sauf avis contraire ou récupérés par l'intermédiaire de François Lesort.
( Tel 01 39 49 43 49 ou 06 99 47 00 67)

Si vous souhaitez commander un ou plusieurs exemplaires, merci d'envoyer un chèque à :

François Lesort
18, rue Mademoiselle
78000 Versailles

Les ouvrages commandés seront disponibles ou expédiés vers le 15 novembre prochain.

Pour vous donner un petit avant goût de ce tome 3, vous avez ci-dessous un lien pour accéder à une petite bande annonce montrant quelques pages de ce livre :





vendredi 29 septembre 2017

"Quelques moment d'une vie". Souvenirs de Paul-André Lesort.1ère partie.

PA Lesort en 1990


Nos cousins Paul-André Lesort nous ont écrit :


Lorsque papa est mort le 5 mars 1997, il nous a laissé, posé sur son bureau, un manuscrit: “Quelques moments d’une vie”. Celui-ci était accompagné d’une lettre :

« Quelques moments d’une vie
Même inachevé et non corrigé, ce manuscrit pourrait être tapé et photocopié pour nos seuls enfants et petits-enfants, avec celui pour M.
A eux ensuite de juger s’ils veulent le communiquer ou le publier.
PAL, 24.5.95, 17.6.96 »

La première étape a été effectuée en 1997.
Depuis, le blog est né. Si PA ne pouvait pas imaginer un tel support, il nous semble qu’il permet de répondre à la deuxième étape d’une manière qui lui aurait plu.
Ce texte présente chaque moment par date, dans le désordre, en signalant entre parenthèse la date de son écriture, réalisée entre 1995 et 1996.

Dominique, Emmanuelle, Marc, et Christophe Lesort



Nous remercions donc sincèrement la famille Paul-André Lesort de nous avoir confié la publication de ces récits de notre oncle Paul-André sur des moments importants de son enfance, de sa jeunesse, de ses études, de la guerre, de sa captivité ou de son retour à la Libération.
Avec le talent d'écrivain que nous lui connaissons aussi bien sur le plan descriptif, narratif qu'introspectif, Paul-André Lesort nous livre avec sincérité, réalisme mais aussi pudeur des moments de sa vie aussi émouvants que vivants ...
Notre cousin Christophe Lesort a illustré ces récits, tout spécialement pour notre blog, avec des dessins de l'auteur lui-même ou des photos de l'époque.
Pour en faciliter la lecture, ces récits sont publiés en deux parties.
FL


Pour lire "Quelques moments de vie" 1ère partie cliquer ici. 


PA Lesort en 1957
Illustrations :
- photothèques des familles Paul-André Lesort, Xavier Lesort et Chamussy
- dessins de Paul-André Lesort : archives Lesort-Madelin, famille PA Lesort et Henri Chamussy.

Petits contes moraux illustrés d'Elisabeth Lesort pour Marie Madelin. Regarde moi.




Regarde moi


Regarde moi, maman, comme je saute vite


Disait Emma


- C’est bien, je vois, mais ma petite,


Je ne puis m’ébahir à chacun de tes pas


- Maman, tu ne me regardes pas !


Je fais au moins vingt tours à la minute !


Au vingt et unième tour Emma fit la culbute


Et tomba rudement sur … : vous devinez quoi ?

Il ne faut pas toujours crier : “Regardez moi”

vendredi 30 juin 2017

Une aventure toute familiale : le blog Lesort-Madelin

Pour ceux qui ne sont pas abonnés aux VPF (descendants Madelin, Bonnet, Zeller), voici l'article que nous y avons fait paraître tout récemment :


Une aventure toute familiale : le blog Lesort-Madelin



L'équipe actuelle des cousins du blog (de haut en bas et de gauche à droite) :
Claire Lesort-Chevalier, Blandine Ayoub, Françoise Deckequer, Catherine Chenu, Régis Guyot
François Lesort, Christophe Lesort, Nicolas Lesort, l'équipe en réunion

L'idée.

La création du blog Lesort-Madelin provient de la conjugaison en 2009 d'un certain nombre d’événements familiaux.
Il faut tout d'abord savoir que nous sommes en possession d'archives familiales significatives tant du côté Lesort que Madelin dont l'original du fameux journal de la Pichardière. Au départ constituées par notre grand-père André Lesort, grand archiviste s'il en fut, ces archives furent ensuite reprises par notre oncle Paul-André Lesort qui fit un travail considérable pour effectuer des recherches principalement généalogiques mais aussi pour enrichir ces archives et les classer. L'essentiel du classement actuel de nos archives reste d'ailleurs le sien.
Ces archives furent par la suite précieusement conservées par notre oncle Gonzague Lesort qui décida en 2009 de les transmettre à la génération suivante en y recherchant un repreneur.
Moi-même, sollicité alors par quelques cousins, si je voyais bien l'intérêt qu'elles soient conservées, je ne voyais pas bien celui qu'elles dorment dans ma cave.
Or vers la même époque, une de nos cousines Chamussy, Bernadette Le François organisa à Versailles une cousinade tellement réussie qu'elle était la démonstration éclatante de ce que notre lien familial apportait de convivialité et de joie à tous dans ces retrouvailles mais aussi l'impérieuse nécessité d'entretenir la vitalité d'un tel lien.
De là naquit l'idée de créer un site internet permettant à la fois de valoriser nos archives par la publication d'extraits nous paraissant intéressants, significatifs, cocasses ou émouvants mais aussi de maintenir, dans la durée, un lien interactif entre les plus de 420 cousins et neveux que nous sommes, à travers l'actualité familiale et toutes nouvelles, photos ou commentaires que chacun voudrait bien partager.
Ce projet présenté au cours d'une assemblée familiale, réunie tout spécialement pour débattre de la transmission des archives, reçut son agrément et les archives me furent confiées




Mise en œuvre et publications.

Autre principe tout de suite mis en application, celui d'une œuvre collective réunissant si possible au moins un cousin de chacune des sept familles sur neuf ayant des descendants vivant en France ou en Belgique.
L'équipe de cousins, ainsi constituée s'attela à l'énorme tâche d'analyser, de trier, de répertorier les documents ou photos de ces archives (ce n'est pas encore terminé), puis d'en sélectionner en vue de publication après scan ou retranscription.
Gros travail également pour la retranscription des documents sélectionnés car le décryptage est parfois complexe (ceux qui ont souffert, entre autre, sur les pattes de mouche de notre grand-mère peuvent le confirmer), puis vient le fastidieux travail de frappe et enfin l'illustration des textes pour rendre l'ensemble plus vivant.
Des réunions régulières, plus nombreuses au départ, permirent de se répartir les dossiers, de mettre au point les sujets, les thèmes ou la présentation, d'échanger des informations ou des photos etc …
Indépendamment de la bonne humeur et de la convivialité très appréciées par les participants à ces réunions toutes familiales où furent posés tous les principes qui régissent jusqu'à aujourd'hui le fonctionnement et les travaux de notre équipe, internet reste cependant un facteur déterminant dans la réussite de notre projet par toutes les facilités apportées à nos échanges.
Internet aussi pour la création de notre site de publications, le blog Lesort-Madelin, où l'aide de départ de mon fils Fabien fut essentielle en particulier dans le choix de Google qui permet d'accéder, avec une seule adresse, à la fois au mail du blog, à Google-photos (traitement et stockage des images), à Google-drive (bibliothèque de documents) et enfin à blogger où les articles sont rédigés et illustrés pour publication directe sur le blog.
Les publications ont lieu chaque fin de mois, sauf en juillet-août, et nos cousins sont prévenus à chaque fois par mail des articles publiés.
Ce mail d'alerte sert aussi à transmettre les informations et nouvelles familiales et à diffuser ce que nous ne souhaitons pas mettre sur le blog qui est public.
Le blog a été ouvert en février 2010 et en sept ans nous y avons publié 220 articles et environ 100.000 visites ont été relevées ce que nous pouvons considérer comme un certain succès.
Il va sans dire que tout article paru sur notre blog pourrait être reproduit dans les bulletins VPF, avec ou sans adaptation éventuellement nécessaire, car nous serions tout à fait heureux d'apporter notre contribution.

Les retombées.

Le choix, longuement débattu, d'un accès public à notre blog fut pris au départ essentiellement pour permettre l'accès à ce que nous appelons la famille « VPF », ce qui a d'ailleurs été le cas puisque nous avons bénéficié de l'apport de nombreux documents par cet intermédiaire.
En particulier, tout récemment, nous avons eu la grande joie de récupérer, par ce biais, une dizaine de belles illustrations en couleur de la main de notre grand-mère Elisabeth Madelin (tante Bobeth), sans doute données à sa nièce Marie Madelin et remises à nous par son fils Georges Roy qui a toute notre reconnaissance.



Il s'avère en fait que cet accès public a très largement dépassé le cadre déjà significatif des « VPF » car l'univers Google, mondialement sollicité pour toutes sortes de recherches, démultiplie, amplifie et hiérarchise les propositions d'accès aux sites les plus visités à partir des mots clé de ces recherches.
Nous avons donc été contactés par un certain nombre de personnes, que leurs recherches sur internet avaient conduites à notre blog et dont l'apport s'est révélé très intéressant ou nous a permis de vraies découvertes ; nous en citerons trois exemples :
- En 2013 nous avons eu des échanges par mails (et des rencontres à Paris) avec, Joseph Disponsio un universitaire américain qui enseigne à l'université de Columbia à New York, extraits :
« Objet: La Pichardière … Aucante … Jean-Marie Morel
C'est avec grand plaisir et intérêt que je suis tombé sur votre blog familial Lesort Madelin; vive Internet.
Je vous explique : depuis plus de 15 ans je travaille sur Jean-Marie Morel (1728-1810), l'architecte-paysagiste le plus important de son époque. Morel a créé les jardins (dits pittoresques) pour les grands de France comme
Louis-François de Bourbon ou le Prince de Conti au début de sa carrière et Napoléon à la fin.
Selon le Discours de la vie et des œuvres de Jean-Marie Morel par Savalète de Fortaire (1813), Morel aurais travaillé à Neuville-aux-bois, pour "M. Aucante à la Pichardière." Je présume que Fortaire parle de la Pichardière, la propriété de vos ancêtres. Morel a fait plus de 50 jardins, et j'ai trouvé la trace de la plupart.
La Pichardière avait toujours échappé à ma recherche. Grâce à votre blog, plus maintenant.
... Au "cercle d'histoire" de Neuville-aux-Bois ... ils m'ont montré un plan cadastral du 1834 dans lequel il y avait un tracé du parc de la Pichardière. A mon avis, le parc de la Pichardière tracé sur le plan cadastral de 1834 est bien de Morel. [voir ci-dessous]



Après la révolution Morel était "le paysagiste"... Le fait que votre ancêtre a fait venir Morel à La Pichardière dit beaucoup sur son goût, sa connaissance de l'art des jardins, son éducation, son ambition personnelle, son niveau de vie, etc., etc. »


- Les membres de la Société Archéologique et Historique de Neuville aux Bois nous ont également découverts grâce à notre blog ; ils s'intéressent à l'histoire de Neuville aux Bois, et donc aux familles Aucante, Desnoyers, Bonnet ou Madelin et bien sûr à la Pichardière.
Ils ont eu l'occasion de nous communiquer nombre d'informations, de documents ou de photos en rapport avec notre famille, de plus ce sont eux qui ont fourni le plan cadastral, où figure le parc de la Pichardière, à l'universitaire américain spécialiste de l'architecte paysagiste Jean-Marie Morel que nous évoquions ci-avant.
Pour la petite histoire, ils nous signalèrent entre autre une photo de notre famille à la Pichardière en 1934 à vendre 5 € sur ebay ! (à voir en fin d'article)


- En 2013 également, François Olier, ancien adjoint au conservateur du Musée du service de santé des armées au Val-de-Grâce et chercheur de haut vol, prit contact avec nous pour documenter et illustrer un article sur le rôle de notre grand-père, André Lesort pendant la guerre de 14-18.
Cet article, intéressant et bien documenté (reproduit par la suite sur notre propre blog) parut sur son blog http://hopitauxmilitairesguerre1418.overblog.com/
Intitulé « L’archiviste-paléographe André Lesort (1876-1960), « père » des fonds d’archives médico-militaires », cet article nous fit découvrir le rôle éminent joué par notre grand-père dans la création de véritables archives médicales militaires, inexistantes auparavant, pendant la première guerre mondiale.
Nous n'avions en effet pas vraiment connaissance de ses activités pendant cette période et encore moins qu'il avait rendu de tels services à l'armée française par ses remarquables capacités d'archiviste !
Ces états de service, reconnus, le firent d'ailleurs décorer de la Légion d'honneur à la fin de la guerre.

L'édition.

          

La publication par internet de nos articles facilite leur composition et leur diffusion mais leur lecture sur un écran ne procure pas le même agrément que celui de feuilleter un livre.
Depuis quelques années de nombreux cousins nous demandaient donc avec insistance de publier sur papier le recueil des meilleurs articles de notre blog et d'assurer également ainsi leur transmission aux générations suivantes.
Le pas fut franchi fin 2015 avec le lancement d'une publication reprenant une première sélection d'articles : « Famille Lesort-Madelin. La saga tome 1 ».
Devant son succès au sein de notre famille, le tome 2 de la saga fut imprimé en novembre 2016 et nous envisageons maintenant un tome 3.
L'imprimeur de la saga, Orsery à Viroflay (78), a été choisi car il propose toute l'assistance nécessaire aux mises au point et ses machines sortent ensuite, en quelques minutes, directement imprimé et relié, n'importe quel livre mémorisé dans le système.


François Lesort (M.4A7.2)

La photo à 5€ !

La famille Lesort-Madelin à la Pichardière en 1934. De gauche à droite :
1er rang. Gonzague, André, Thérèse, Elisabeth, Xavier
2ème rang. Jean et Marie Geneviève Dhavernas, Paul-André, Wilhelmine, Marie-Madeleine, Léon et Chantal Chamussy
(seule manque Gertrude Bidault partie habiter avec son mari au Mexique)