André LESORT et Elisabeth LESORT née MADELIN vers 1930

André LESORT et Elisabeth LESORT née MADELIN vers 1930
André LESORT et Elisabeth LESORT née MADELIN vers 1930

Bienvenue

Bienvenue sur notre blog familial Lesort-Madelin ouvert le 24 février 2010, jour anniversaire du mariage de nos grand-parents Lesort-Madelin en 1906.
Ce blog a été créé pour permettre la publication des archives familiales patiemment rassemblées et classées par notre grand-père André Lesort lui même puis par notre oncle Paul-André Lesort.
Nous publions régulièrement sur ce blog des extraits de ces archives qui nous paraissent intéressants, significatifs, cocasses ou émouvants.
Ce blog sert également de lien dans la durée entre les plus de 430 cousins et neveux que nous sommes, il permet donc de suivre l'actualité familiale dont vous voudrez bien nous faire part ou de partager votre connaissance de notre histoire familiale :
envoyez nous vos avis, faire-parts, photos, documents, histoires familiales à l'adresse lesortmadelin@gmail.com; nous en publions régulièrement sur ce blog.
Ce blog étant d'accès publique nous sommes toujours heureux de recevoir également toutes les contributions documentaires extérieures concernant notre famille ainsi que d'apporter nous-mêmes notre propre contribution à d'autres sites ou publications.Même adresse mail: lesortmadelin@gmail.com

Les nombreux articles parus ou encore à paraître sur notre blog, près de 300 au total, sont publiés au fur et à mesure sous forme de livres intitulés Famille Lesort-Madelin La Saga dont le tome V est paru en novembre 2019, les tomes VI et VII paraîtront eux respectivement en 2020 et 2021.



jeudi 29 mai 2014

A la découverte d'un peintre de notre famille et de ses œuvres : Jean-Michel Dhavernas.




En juillet 1984, le soir de son arrivée en vacances à l’île de Ré, Jean-Michel apprend d’un ami le démarrage d’un atelier d’aquarelle pour débutants auquel celui-ci a l’intention de participer.

Impulsivement, mais sans doute poussé par un mouvement plus profond, Jean-Michel décide de s’y joindre. Il l’accompagne donc le lendemain matin, sans autre matériel qu’une assiette en guise de palette,se faisant prêter momentanément le reste. Est-ce l’ ambiance chaleureuse ? le charme de la « prof » ? l’environnement superbe ? A la fin de la semaine, le virus s’est installé… et ne le lâchera plus.



Rentré au Chesnay, Jean-Michel persévère donc dans la pratique de l’aquarelle, parfois accompagné d’amis tout aussi motivés. Les loisirs apportés en 1997 par sa retraite professionnelle lui permettent de s’inscrire aussitôt dans un premier atelier à Rueil (92)pour ’aborder les techniques de la peinture à l’huile. Cinq ans plus tard,sa responsable doit arrêter pour raison médicale. Elle l’oriente vers l’atelier d’une consoeur, toujours à Rueil. Jean-Michel le fréquentera assidûment pendant plus de dix ans. Les liens avec les membres de cette équipe perdurent encore : il sollicite volontiers la critique de leur regard, souvent directe mais toujours enrichissante.

Dans l'atelier, travail en cours : "les enfants, ne dérangez pas Bonne-Maman"




Sur le plan technique, JM utilise peu la couleur acrylique sinon pour la préparation de fonds . Le séchage quasi instantané de ce matériau constitue plutôt un inconvénient au regard de sa technique. En matière de couleur, les préférences de Jean-Michel vont nettement vers les « terres » y compris le vert. Elles constituent la base de sa palette. On les retrouve fréquemment dans ses compositions.

Manet et Le Caravage sont ses maîtres préférés. Leur maîtrise de la lumière le frappe tout particulièrement. « Ce n’est pas des couleurs que l’on peint, rappelle-t’il, mais de la lumière ! ».Il admire également beaucoup, bien que moins figuratifs, Nicolas de Stael et Francis Bacon pour la force et l’expressivité de leur peinture.

Interrogé sur ses sujets de prédilection, Jean-Michel considère que le « sujet » est secondaire : son travail (c’est l’expression actuelle) est le fruit d’une rencontre quasi charnelle de deux émotions qui se fécondent :
L’une intérieure, faite de ce qui est accumulé en soi d’images, de souvenirs, de rencontres, de références poétiques ou littéraires, de sensations vécues etc., à laquelle répond une autre, extérieure, comme la vue d’un paysage, d’une lumière, voire d’une photo ou d’une autre rencontre .



Mais ce processus de création suscite en permanence chez JM quantité d’envies – presque de besoins - de peindre. Ainsi mène-t’il généralement plusieurs œuvres de front, tout en ayant bien d’autres projets en tête.

Pour sa peinture, Jean-Michel ne fait donc pas appel à son imagination mais à des émotions visuelles - présentes ou mémorielle. Elles sont les sources essentielles d’inspiration d’une peinture très figurative.

Chaque peinture est pour lui un travail de longue haleine depuis sa préparation, la réflexion, la maturation , l’équilibre recherché dans la composition, pour aboutir enfin à la réalisation proprement dite.

Il faut beaucoup de temps, d’attention et de concentration , toujours dans le doute et l’interrogation, sources de tension intérieure, jusqu’à ce moment où l’on peut se dire « oui, je crois que c’est cela que j’avais en tête ».

A ce moment, par une sorte de plénitude intérieure, le corps et l’esprit ont trouvé leur accord et s’en trouvent apaisés – comme ils peuvent l’être lorsqu’est atteint, fut-ce au prix d’intenses et douloureuses fatigues, un beau sommet de montagne comme on l'avait été projeté.

Sa déception peut seulement venir de ne pas réussir à faire partager ce même sentiment – comme pourrait l’être celle de ne pas voir apprécier ses enfants.

Jean-Michel a-t’il une préférence pour l’une de ses œuvres ? Ils les considère comme ses enfants – et sont donc presque toutes ses préférées. Il aime bien les conserver près de lui. L’idée de s’en séparer lui est affectivement difficile –sauf la certitude de les savoir réellement appréciées…

Par contre, Jean-Michel aime réellement faire partager le fruit de son travail, constitué d’œuvres très variées – comme d’autres sont heureux de montrer leur jardin et l’harmonie de tout ce qu’ils ont réussi à y faire éclore… 



Nous mettons en lien ci-dessous une sélection d'une vingtaine de photos pour la meilleure illustration qui puisse exister de ce qui vous a été présenté sur Jean-Michel : ses œuvres...

Vous êtes invité à voir l'album photo de 104090547571510304628 intitulé :Quelques peintures de Jean-Michel Dhavernas
Quelques peintures de Jean-Michel Dhavernas
26 févr. 2014
de 104090547571510304628

Découverte : un ouvrage écrit en collaboration par grand-père Lesort, mis à jour par Henri Chamussy 15 ans plus tard !














"Visages de l’Île de France" est un ouvrage édité en 1948, très bien fait et bien illustré pour l'époque, qui s’intéresse à la géographie humaine, à l'histoire et aux aspects intellectuels, littéraires et artistique de cette région au riche patrimoine.
Notre cousin Henri Chamussy a vu qu'était cité cet ouvrage sur le blog, dans la bibliographie de notre grand-père, et il nous fait découvrir qu'il a lui même mis à jour en 1963 le chapitre géographie humaine écrit et illustré à l'origine par notre grand-père.
Il nous écrit :

Chers rédacteurs du blog Lesort-Madelin
Merci encore, ces lectures sont passionnantes, émouvantes, amusantes; j'espère qu'elles atteignent beaucoup nombre des plus jeunes descendants de Grand-Mère et Grand-Père,encore que la sixième génération, très mondialisée (mexicaine et franco-allemande) ne me semble pas encore en âge de s'y intéresser, mais ça viendra ! -
Grand-Mére soupirait parfois, disant à Grand-Père: "Pourquoi tes publications ne sont-elles pas aussi célèbres que celles de mon frère Louis?" -cette plainte, je l'ai entendue. Il paraît que Grand-Père a répondu une fois (mais je n'ai pas entendu, et je ne garantis pas la véracité du verbatim): "Bobeth, tu sais bien que mes publications sont du genre à épuiser leur auteur, mais à ne jamais être épuisées !"
Il est vrai que beaucoup de publications de Grand-Père étaient des modèles d'érudition, mettant en lumière de minuscules points d'histoire, mais ce sont ces points d'histoire qui, cumulés, permettent d'écrire "la grande histoire"... Je ne vais pas m'étendre sur le sujet, ni écrire un texte qui m'épuiserait et se serait jamais épuisé. Il me semble posséder une ou deux petites brochures signées de Grand-Père. Je vais les chercher mais ma bibliothèque, lourde de plus de 1500 bouquins, sans compter dossiers, tirés-à-part et autres fariboles, est dans un merveilleux désordre qui aurait fait les délices de Borgès s'il avait eu à l'explorer ! J'enverrai au blog les références, quand et si je les retrouve !
En tout cas, il est un livre, signalé dans la bibliographie du blog, dont je ne sais pas s'il a épuisé Grand-Père, mais qui a été épuisé, c'est "Visages de l'Ile-de-France" in A. Lesort, P. Bernus, M. P. Boyé, M. Richard, Visages de l'Ile de France, 1946.
La géographie humaine, écrite par Grand-Père, est la première partie de ce livre. On n'appelait pas encore les habitants de cette province les Franciliens.... En 1963, le volume était épuisé, et l'éditeur a voulu le mettre à jour avant de le rééditer. Pour la première partie, Grand-Père étant mort depuis trois ans, cet éditeur a contacté Oncle Paul-André, qui, à son tour, m'a contacté... Je préparais alors l'agrégation de géographie, et il a semblé pertinent à Oncle P.A. de me demander de faire la révision. Ce que je fis. Je m'en souviens fort bien, ça m'a demandé pas mal de travail ! Vingt ans étaient passés, et l'Ile-de-France avait pas mal changé ! Cela dit, la première partie avait donc été écrite par Grand-Père, qui était historien et non pas géographe, bien qu'il se soit toujours intéressé à la géographie; la séparation entre les deux domaines de la connaissance était beaucoup moins nette et affirmée qu'aujourd'hui; une grande partie du texte originel de Grand-Père serait considéré aujourd'hui comme de la géographie historique.La deuxième édition a paru en 1964, sous le titre de "Ile-de-France" dans une série intitule "Horizons de France", collection "Les nouvelles Provinciales", mais sans nom de la maison d'édition, ce qui est assez curieux.
J'ai essentiellement écrit des paragraphes consacrés à l'évolution récente: entre 1946 et 1963, l'Ile-de France avait passablement changé. J'ai fait ajouter la photo d'un "grand ensemble" (Les Mureaux), de l'aéroport d'Orly, qu'on appelait encore "aérodrome" et de l'autoroute du Sud, quasiment vide et qui n'atteignait pas encore Fontainebleau, à l'époque. Sur la photo d'Orly - heureuse époque où on pouvait se promener librement sur les terrasses - on remarque un super-constellation de la Pan American. Sic transit !
Pour illustrer un passage consacré aux noms de "pays" et à l'origine du nom de "Ile-de-France", Grand-Père avait choisi une photo représentant une route, la N.2., étroite, avec une voiture seulement, traversant un paysage rural, et sur le côté de la route, le poteau "Roissy- en France". Admirable ironie, métaphore involontaire du temps qui passe...
Sur la dernière page, que personne ne lit jamais, l'éditeur a ajouté: "Il nous est agréable d'adresser ici nos remerciements aux personnes qui ont bien voulu se substituer aux auteurs aujourd'hui disparus, pour la révision et la mise à jour de certains textes de cet ouvrage." Merci quand même !
Bien affectueusement à tous les travailleurs du blog. Vous faites un boulot inestimable !

Commentaire des travailleurs du blog : merci à Henri, on aime bien les intérimaires du blog et tout particulièrement les contributeurs familiaux.

Petites scènes de la vie domestique (au sens propre comme au sens figuré) par Elizabeth Lesort : La mode