André LESORT et Elisabeth LESORT née MADELIN vers 1930

André LESORT et Elisabeth LESORT née MADELIN vers 1930
André LESORT et Elisabeth LESORT née MADELIN vers 1930

Bienvenue

Bienvenue sur notre blog familial Lesort-Madelin ouvert le 24 février 2010, jour anniversaire du mariage de nos grand-parents Lesort-Madelin en 1906.
Ce blog a été créé pour permettre la publication des archives familiales patiemment rassemblées et classées par notre grand-père André Lesort lui même puis par notre oncle Paul-André Lesort.
Nous publions régulièrement sur ce blog des extraits de ces archives qui nous paraissent intéressants, significatifs, cocasses ou émouvants.
Ce blog sert également de lien dans la durée entre les plus de 430 cousins et neveux que nous sommes, il permet donc de suivre l'actualité familiale dont vous voudrez bien nous faire part ou de partager votre connaissance de notre histoire familiale :
envoyez nous vos avis, faire-parts, photos, documents, histoires familiales à l'adresse lesortmadelin@gmail.com; nous en publions régulièrement sur ce blog.
Ce blog étant d'accès publique nous sommes toujours heureux de recevoir également toutes les contributions documentaires extérieures concernant notre famille ainsi que d'apporter nous-mêmes notre propre contribution à d'autres sites ou publications.Même adresse mail: lesortmadelin@gmail.com

Les nombreux articles parus sur notre blog, près de 200, sont en cours de publication sous forme de livres intitulés Famille Lesort-Madelin La Saga dont le tome IV paraîtra en novembre 2018.



vendredi 30 mars 2018

Louis Marie François de Sales Desnoyers, vrai héros balzacien ou le combat d’un officier invalide de guerre pour toucher une pension décente.


François de Sales Desnoyers, jeune.
Notre oncle Xavier Lesort s’était constitué un petit panthéon familial, dans son salon, au sein duquel, près de l’incontournable Louis Ferdinand Bonnet dit le grand Bonnet, figurait en bonne place notre ancêtre Louis Marie François de Sales Desnoyers, encore jeune et muni de ses deux bras, du temps où il combattait à travers toute l’Europe sous le premier Empire.
Nous vous racontons ici son long parcours d'ancien combattant mutilé, pour assurer un revenu décent à sa famille malgré sa mise à la retraite d'office à 28 ans, les stricts règlements militaires et la diminution de moitié de l'armée française à la Restauration sans compter son bonapartisme assumé plutôt mal vu sous les Bourbon !
Heureusement il trouva des alliés puissants...

Pour lire ce récit cliquer sur :

 le long combat d’un officier amputé d’un bras pour obtenir une solde décente.


Monsieur Jean-Pierre Gentil dont certains ancêtres eurent de nombreux liens relationnels ou familiaux  avec les nôtres dans la région de Neuville aux Bois, nous a tout récemment contactés grâce à notre blog. Il nous a communiqué  à cette occasion le fruit de ses propres recherches généalogiques, ce qui nous a permis d’établir  un tableau plus complet de nos ascendants Desnoyers. Nous l’en remercions vivement.






Les familles Brouesse, Huille ou Sibout. Quel lien avec notre famille ?

Dans les récits ou souvenirs de notre famille apparaissent fréquemment les noms de famille de l’innombrable parentèle de notre grand-mère tels que Madelin, Bonnet, Zeller ou Xardel.
Pour la famille de notre grand-père André Lesort, beaucoup plus restreinte, les noms de Brouesse, Huille ou Sibout apparaissent ici ou là et nos propres parents cousinaient avec des Sibout et plus encore avec des Huille.
Pour bien comprendre notre parenté avec ces familles, notre cousine Catherine Chenu nous a transmis [voir ci-dessous]  tout exprès une généalogie très claire.


Isidore Brouesse et sa fille Céline, future épouse de Ludovic Lesort


François Lesort nous transmis à ce sujet le témoignage suivant :

"Modeste témoin de cette généalogie, est parvenu jusqu'à nous un petit repose-pieds provenant semble t'il de Cornélie Asse (1816-1886) épouse d'Isidore Brouesse, transmis à sa fille Céline puis à Germaine Lesort et enfin à Thérèse Huille.
Ce repose-pieds, un des rares objets issus de nos ascendants côté Lesort, est aussi pour nous un souvenir de notre tante Thérèse Huille et c'est à ce titre que sa tapisserie a été refaite au petit point par mon épouse Claire.
Thérése Huille avec Cici Lesort. Noël 1995.


Thérèse Huille, fille de Germaine Lesort, cousine qu'affectionnait depuis toujours notre père Xavier Lesort, avait également été prise en grande affection par notre mère Cici Lesort dés leur première rencontre (souvenirs Cici Lesort).
Tante Thérèse, religieuse notamment au Mont Saint Michel, venait toujours passer Noël dans notre famille au Chesnay car nous l'aimions tous beaucoup.
A la fin de sa vie, installée à la Maison Saint-Louis à Versailles, tante Thérèse avait tenu à me donner ce petit repose-pieds à la fois comme gage de son affection et comme souvenir provenant de chez son grand-père Ludovic Lesort."