André LESORT et Elisabeth LESORT née MADELIN vers 1930

André LESORT et Elisabeth LESORT née MADELIN vers 1930
André LESORT et Elisabeth LESORT née MADELIN vers 1930

Bienvenue

Bienvenue sur notre blog familial Lesort-Madelin ouvert le 24 février 2010, jour anniversaire du mariage de nos grand-parents Lesort-Madelin en 1906.
Ce blog a été créé pour permettre la publication des archives familiales patiemment rassemblées et classées par notre grand-père André Lesort lui même puis par notre oncle Paul-André Lesort.
Nous publions régulièrement sur ce blog des extraits de ces archives qui nous paraissent intéressants, significatifs, cocasses ou émouvants.
Ce blog sert également de lien dans la durée entre les plus de 430 cousins et neveux que nous sommes, il permet donc de suivre l'actualité familiale dont vous voudrez bien nous faire part ou de partager votre connaissance de notre histoire familiale :
envoyez nous vos avis, faire-parts, photos, documents, histoires familiales à l'adresse lesortmadelin@gmail.com; nous en publions régulièrement sur ce blog.
Ce blog étant d'accès publique nous sommes toujours heureux de recevoir également toutes les contributions documentaires extérieures concernant notre famille ainsi que d'apporter nous-mêmes notre propre contribution à d'autres sites ou publications.Même adresse mail: lesortmadelin@gmail.com

Les nombreux articles parus ou encore à paraître sur notre blog, près de 300 au total, sont publiés au fur et à mesure sous forme de livres intitulés Famille Lesort-Madelin La Saga dont le tome V est paru en novembre 2019, les tomes VI et VII paraîtront eux respectivement en 2020 et 2021.



vendredi 27 février 2015

Historique de la Pichardiére jusqu'à sa construction, ou comment la Pichardière a été achetée trois fois par nos ancêtres Aucante.



La Pichardière vue par notre grand-mère


En recherchant des documents pour Joseph Disponzio, l'universitaire américain que je devais rencontrer à Paris en décembre 2013, je suis tombé sur un historique de la Pichardiére établi de la main de notre grand-père André Lesort.
Comme il sied à un archiviste de sa qualité, Grand-Père a établi une fiche simple, claire, documentée et précise avec toute la rigueur historique requise.
La petite écriture ronde de Grand-Père m'a toutefois rendu présent son visage encadré par une barbe et une chevelure très blanches et ses yeux si bleus qu'ils avaient séduit Grand-Mère quand il avait enfin osé la regarder lors de leur rencontre matrimoniale de "la dernière chance" en 1905.
Je restitue donc cette fiche, accompagné par le souvenir de ce regard toujours bienveillant, qu'aucun d'entre nous n'a oublié.
Et ainsi, grâce à Grand-Père, nous y retrouvons la singulière mais véridique histoire où nos ancêtres Aucante ont acheté trois fois leur propriété de la Pichardière.
François Lesort

Historique de la Pichardière établi par André Lesort

1636, 22 novembre. Louis Vincent, ancien commissaire des tailles de la ville et paroisse de Neuville, vend à Jacques Pichard, maître chirurgien à Orléans, un " bien à héritage assis aux clos du Pont, paroisse de Neuville" : une maison et terres ( acte Coulaubeau, notaire à Orléens) pour 4231 livres et 10 sols.

1669, 24 octobre. Vente par Jacques Pichard, praticien à Orléans, et Anne Pichard, sa sœur, enfants du précédent, décédé, à Pierre Hanappier, marchand et maître orfèvre à Orléans, un lieu sis proche Neuville en Beauce, consistant en batiments, l'un pour le maître, l'autre pour le vigneron, avec le mobilier vif et mort, à charge de diverses rentes , le tout moyennant 6477 livres.

1746, 15 décembre. Achat de ce bien à la veuve Hanappier par François Aucante ( acte Amyot, notaire à Neuville).Premier achat.

1747, 26 juin. Vente des "lieu et maison appelé la Housseterie ou communément la Pichardière sis en la paroisse de Neuville, consistant en un grand corps de logis pour le bourgeois, dans lequel il y a deux chambres à feu par le bas, vestibule au milieu, deux chambres hautes, grenier au dessus, pressoir à faire le vin, cellier à mettre le vin et grenier dessus, grande porte cochère avec volière au-dessus, ensuite la maison servant de logement pour le vigneron, toit à vache, grange, jardin et deux clos".
Adjudication, devant le bailliage de Neuville, à la requête de Michel Métissier, marchand à Neuville, créancier de François Aucante, maire perpétuel de Neuville, pour 150 livres; adjugé à François Aucante lui-même moyennant 6000 livres (environ 18000 €. ndlr). Deuxième achat.

François Aucante avait épousé le 5 septembre 1741, en l'église de Neuville, Marie-Thèrèse Taffoureau (1707-1797), veuve de Jacques Nivet . Au décès de celle-ci, La Pichardière passe à un fils issu du précédent mariage de Marie-Thérèse Taffoureau (*), Benjamin Nivet (1734-1798).
Les héritiers de Benjamin Nivet, à leur tour, vendront la Pichardière par adjudication à Claude-François Romeron (étude Picot, notaire à Neuville).

(*)NDLR : Marie-Thérèse Taffoureau est doublement notre ancêtre par son mariage avec François Aucante et par son autre fils, Jacques Nivet, également issu de son précédent mariage.
Voir la généalogie explicative en bas de l'article (source VPF).

An 10, 12 ventôse ( 3 mars 1802). Vente par Claude-François Romeron, chef de bureau au ministère de la guerre à Jacques-François-Eleonore Aucante, juge au tribunal de la Seine de "la maison de la Pichardière, consistant en logement de maître et logement de vigneron, pressoir, cellier, grange,bûcher,écurie et autres cénacles formant la dépendance de cette maison avec deux clos de la contenance aux total de trois cent quatre vingt ares ou neuf arpents environ ( 4,5 hectares. ndlr) de terres, vignes et jardin, l'un appelé le clos de devant, dans lequel sont les bâtiments, jardin et une grande allée d'ormes, l'autre appelé le clos de derrière actuellement planté en vignes, luzerne et autres grains doux ..."
Prix 8500 francs (environ 26 000 €. ndlr).Troisième achat.

Par contre ce que ne dit pas la fiche d'André Lesort c'est qu'il existe dans nos archives encore un acte sous seing privé daté du huit thermidor an 11 (26 juillet 1803 ).
Cet acte précise que le citoyen Aucante a acheté la Pichardière au citoyen Romeron et que le citoyen Romeron a acheté la ferme de Villaine au citoyen Aucante et que "nonobstant l'énoncé des prix portés aux actes qui contiennent ces deux ventes, le prix véritable de la Pichardière a été de 10500 francs et celui de la ferme de Villaine de 24000 francs. Que c'est d'après ces deux prix réels que nous avons opéré les compensations et paiements d’excédents d'après lesquels nous avons l'un et l'autre libéré les deux immeubles dont nous sommes à présent propriétaires par les quittances que nous nous sommes donnés respectivement."

Pour compléter ce feuilleton, un dernier acte, daté du 15 septembre 1820 à Paris, finalise dix sept ans après le prix de vente de la ferme de Villaine à 29000 francs, réévaluation et intérêts compris (pour 21000 francs à l'origine).


L'acte de vente du 12 ventôse an 10


Construction de la Pichardière et création de son jardin .

François Aucante, juge de paix du tribunal de première instance de Paris, réside rue de Montmartre à Paris, mais possède une grande maison à Neuville aux Bois sur la place plus  la Pichardière à proximité.
Dans ses souvenirs sur ses parents Jules Bonnet et Eugénie Desnoyers, Jules Bonnet, frère de notre arrière-grand-mère Marie Madelin, nous parle de la Pichardière et de sa reconstruction (source VPF) :
" Tous les ans on allait à la Pichardière dans la maison de vacances des grands-parents Aucante. Mes enfants connaîtront la Pichardière, je n'ai pas besoin de la leur décrire, la maison n'a guère changé depuis le début du siècle (19°s. ndlr), date de sa construction, mais à l'époque de la naissance de mon père, il n'y avait pour toute habitation qu'un bâtiment à 3 ouvertures composé de la cuisine actuelle, du petit antichambre qui est à côté et d'une salle à manger. M et Mme Aucante habitaient à Neuville même, une grande maison qui est sur la place à l'entrée de la rue d'Orléans.La Pichardière était leur jardin, leur petite maison des champs.
Mon père se rappelait très bien tous les incidents de la construction de la Pichardière et nous en parlait souvent.C'était lui qui avait joué le premier rôle à la cérémonie de la pose de la première pierre , ou plutôt de la première marche; il n'avait pas oublié l'orgueil et la joie qu'il avait éprouvés à frapper sur la pierre avec un petit maillet orné de rubans multicolores; tout le travail de construction l'avait intéressé ...
... La construction de la Pichardière n'intéressait pas seulement la famille Aucante et Bonnet, c'était le grand événement et la grande attraction pour tous les neuvillois; le grand-père Aucante en faisait volontiers les honneurs à tous, se réjouissant de tous les compliments et ne voyait pas d'inconvénients à ce que son jardin fût ouvert à tous les visiteurs. Comme tout ce qui est avantageux et agréable, ce droit de promenade pour les neuvillois passa facilement à l'état de tradition et plus tard, lorsque mes parents furent devenus propriétaires, ils eurent grand peine à faire cesser cette habitude de considérer leur jardin comme une promenade publique et n'y réussirent jamais complètement ..."


La Pichardière côté jardins



Plan de la Pichardière et de ses jardins


Généalogie d'une double ascendante : Marie-Thérèse Taffoureau Aucante




Saga familiale. La rétro en photos: Famille Bidault


Nos archives contiennent un certain nombre de photos de famille, de plus certains cousins blogueurs détiennent maintenant les photos conservées dans leur propre branche familiale.
Ce n'est donc pas le fond photographique qui manque et les publications précédentes ont été, semble t'il, fort appréciées.
Nous publierons désormais régulièrement ces bien sympathiques images de notre histoire familiale sous l'intitulé "Saga familiale. La rétro en photos".
Nous serions d'ailleurs heureux d'y intégrer pour le plaisir de tous, les photos détenues par les uns ou par les autres en nous les faisant parvenir sur le mail du blog.
Nous publions aujourd'hui deux bonnes photos de la famille Bidault, l'une de 1957 pour les 25 ans de mariage de Gertrude née Lesort et Maurice Bidault, renseignée par oncle Xavier Lesort, quand à l'autre, plus ancienne, nous comptons sur nos cousins Bidault pour nous donner l'année de la photo et identifier les cousins figurant sur celle-ci.

1957. 25 ans de mariage. De gauche à droite : 2ème rang, Philippe, Marie-Elizabeth, Michel, Françoise, Jean-Maurice, Chantal, Geneviève; 1er rang, Patrice, tante Gertrude, Christiane, oncle Maurice, Marie-Louise