André LESORT et Elisabeth LESORT née MADELIN vers 1930

André LESORT et Elisabeth LESORT née MADELIN vers 1930
André LESORT et Elisabeth LESORT née MADELIN vers 1930

Bienvenue

Bienvenue sur notre blog familial Lesort-Madelin ouvert le 24 février 2010, jour anniversaire du mariage de nos grand-parents Lesort-Madelin en 1906.
Ce blog a été créé pour permettre la publication des archives familiales patiemment rassemblées et classées par notre grand-père André Lesort lui même puis par notre oncle Paul-André Lesort.
Nous publions régulièrement sur ce blog des extraits de ces archives qui nous paraissent intéressants, significatifs, cocasses ou émouvants.
Ce blog sert également de lien dans la durée entre les plus de 430 cousins et neveux que nous sommes, il permet donc de suivre l'actualité familiale dont vous voudrez bien nous faire part ou de partager votre connaissance de notre histoire familiale :
envoyez nous vos avis, faire-parts, photos, documents, histoires familiales à l'adresse lesortmadelin@gmail.com; nous en publions régulièrement sur ce blog.
Ce blog étant d'accès publique nous sommes toujours heureux de recevoir également toutes les contributions documentaires extérieures concernant notre famille ainsi que d'apporter nous-mêmes notre propre contribution à d'autres sites ou publications.Même adresse mail: lesortmadelin@gmail.com

Les nombreux articles parus sur notre blog, près de 200, sont en cours de publication sous forme de livres intitulés Famille Lesort-Madelin La Saga dont le tome III est en préparation.




jeudi 30 avril 2015

Henri de Nolhac (1884-1948), ami fidèle de nos grands-parents, excellent illustrateur et très grand portraitiste.



Henri de Nolhac. Autoportrait.

Imperturbable, « un monsieur très bien », fait sauter des pommes de terre sur un feu de pommes de pin dans une cheminée.
C'est en 1940, à Argelès-Gazost où notre grand-mère Elizabeth Lesort a échoué après un exode dantesque à travers toute la France ; elle est presque seule, elle est désemparée mais elle est invitée à goûter chez des amis, elle nous présente Henri de Nolhac.
C'est là que son récit d'exode souligne la gentillesse, la serviabilité et la générosité des Nolhac à son égard, ce qui l'avait grandement aidée à surmonter sa détresse d'exilée si loin de chez elle et des membres de sa famille, dispersés voire disparus.
Il nous plaît donc de rendre hommage à Henri de Nolhac à ce titre mais aussi en tant qu'artiste de talent et portraitiste renommé puisqu’on l'a comparé à Ingres pour ses portraits au crayon.
Comme le rappelait dans son récit notre grand-mère, Henri de Nolhac, jeune, avait habité le plus beau palais du monde, le château de Versailles bien sûr, dont son père, le bien connu Pierre de Nolhac avait été le conservateur.

Sa fille, Elizabeth de Nolhac
Sa sœur, Marie-Louise au château de Versailles


Ce même Pierre de Nolhac, qui relatant le voyage qu'il effectua tout jeune homme à Paris en 1878 à l'occasion de l'exposition universelle dans « La Résurrection de Versailles » sous la mention « Premier souvenir, » écrivit « Ce qu'il y a de plus beau à Paris, c'est Versailles » (pas mal ...).
Une anecdote amusante mais vraie, raconte comment Pierre de Nolhac, plutôt spécialiste des écrivains de la Renaissance italienne, fut un jour informé par un ami d'un poste à pourvoir parfait pour lui: « l'endroit est très bien, tu seras logé, un peu payé et tu auras beaucoup de temps libre pour tes travaux littéraires ».

Pierre de Nolhac par Henri de Nolhac

En fait un poste de conservateur adjoint au château de Versailles où la chambre du roi et la galerie des glaces sont alors les rares témoins du faste de Louis XIV à coté d'un musée des grandes gloires françaises créé par Louis-Philippe que personne ne visite.
Arrivé au château en 1887, il en devint conservateur en 1892, à la mort de son prédécesseur, et décidé à « rendre le château au château », il fouille les combles, retrouve des chefs-d’œuvre du XVIIe et XVIIIe, des catalogues de soieries de la même époque pour mobiliers et rideaux, sollicite des crédits et des dons, retrouve et rachète des meubles provenant du château, réorganise les collections, restitue les décors anciens, bref donne un élan décisif à la renaissance du château en tant que tel.
Un tel environnement a certainement stimulé les goûts artistiques du jeune Henri de Nolhac, qui déjà tout jeune dessinait abondamment sur ses cahiers scolaires.
Il s'orienta donc tout naturellement vers l’École des Beaux-Arts où il fut l'élève de Maurice Lobre et surtout de Léon Bonnat.
Par la suite, la carrière d'Henri de Nolhac fut entièrement consacré au métier d'artiste, principalement dans le domaine dans lequel il excellait, le portrait au crayon, qui lui procura l'essentiel de ses revenus mais nécessita d'incessants déplacements, malgré les atteintes douloureuses d'un mal de Pott tenace (tuberculose osseuse).
Possédant une très grande technique, son dessin était rapide, sans gomme, tout trait indésirable n'étant corrigé que par un autre trait.

Jules Romain par Henri de Nolhac

Cette maestria du dessin, souvent rehaussé de sanguine, le fit rechercher comme portraitiste dans la bonne société, les milieux littéraires, politiques et diplomatiques de son époque, y compris aux États-Unis où il se rendit deux fois dans les année trente, mais où son succès fut malheureusement limité par la Grande Dépression.
Moins connu comme peintre, il exposa pourtant régulièrement au Salon et a laissé de nombreuses toiles de qualité et des portraits d'excellente facture, illustrés par une vente chez Drouot en mars 2014 dont le catalogue est accessible par le lien suivant (voir les pages 26 à 43 pour Henri Girauld de Nolhac):

Henri de Nolhac fut également sollicité pour de nombreuses illustrations, en particuliers de livres et de journaux pour enfants, pour des affiches, en particulier pour la société de cinéma Éclipse et par les fameuses Éditions Larousse.


Illustration pour la revue Lisette

Sa renommée d'illustrateur, notamment pour la presse enfantine, lui ouvrira les portes des éditions du Petit Écho de la mode, pour la revue Lisette et les collections « Stella ».
Si la nature l'avait doté d'une facilité certaine, Henri de Nolhac, sa vie durant ne cessa pourtant jamais de travailler à améliorer sa technique, que ce soit à l'académie de peinture de la Grande Chaumière où posaient des modèles, ou que ce soit dans la rue ou dans la nature sur son carnet de dessin qui ne le quittait que rarement.
Voilà donc qui était Henri de Nolhac, dont l'aide apportée par lui et par son épouse, fut si précieuse à notre grand-mère désemparée et je voudrais remercier ici son fils, Jean de Nolhac, qui m'a chaleureusement accueilli chez lui et dont les indications m'ont permis une évocation si personnelle de sa famille dont il m'a confirmé qu'elle connaissait bien nos grands-parents.
Je le remercie également de m'avoir permis de consulter les précieux cahiers de dessin de son père.
Je voudrais enfin remercier notre amie, Martine de La Forest Divonne, qui m'a volontiers accompagné chez son grand-oncle Jean de Nolhac après que j'eus découvert tout à fait fortuitement au cours d'une balade en Bretagne qu'elle était l'arrière-petite-fille de Pierre de Nolhac.
Étonnant, non ?

François Lesort

Nous regardons les carnets de dessin avec Martine de La Forest Divonne et Jean de Nolhac




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire