André LESORT et Elisabeth LESORT née MADELIN vers 1930

André LESORT et Elisabeth LESORT née MADELIN vers 1930
André LESORT et Elisabeth LESORT née MADELIN vers 1930

Bienvenue

Bienvenue sur notre blog familial Lesort-Madelin ouvert le 24 février 2010, jour anniversaire du mariage de nos grand-parents Lesort-Madelin en 1906.
Ce blog a été créé pour permettre la publication des archives familiales patiemment rassemblées et classées par notre grand-père André Lesort lui même puis par notre oncle Paul-André Lesort.
Nous publions régulièrement sur ce blog des extraits de ces archives qui nous paraissent intéressants, significatifs, cocasses ou émouvants.
Ce blog sert également de lien dans la durée entre les plus de 430 cousins et neveux que nous sommes, il permet donc de suivre l'actualité familiale dont vous voudrez bien nous faire part ou de partager votre connaissance de notre histoire familiale :
envoyez nous vos avis, faire-parts, photos, documents, histoires familiales à l'adresse lesortmadelin@gmail.com; nous en publions régulièrement sur ce blog.
Ce blog étant d'accès publique nous sommes toujours heureux de recevoir également toutes les contributions documentaires extérieures concernant notre famille ainsi que d'apporter nous-mêmes notre propre contribution à d'autres sites ou publications.Même adresse mail: lesortmadelin@gmail.com

Les nombreux articles parus sur notre blog, près de 200, sont en cours de publication sous forme de livres intitulés Famille Lesort-Madelin La Saga dont le tome III est en préparation.




vendredi 29 mai 2015

Juin-septembre 1940 : l'exil à Argelès-Gazost vécu par Gonzague Lesort.


En complément au récit de l'exode de 1940 par notre grand-mère, Elizabeth Lesort, publié ces deux derniers mois, notre oncle Gonzague Lesort nous a communiqué son propre récit d'exil à Argeles-Gazost dans les Pyrénées.
Ce récit est extrait de ses mémoires dont il nous a déjà confié d'autres passages pour publication et nous l'en remercions.


Xavier et Gonzague Lesort à Lyon  en septembre 1940 avec Jean-Michel Dhavernas et Henri Chamussy.
 Peu à peu, certaines choses normales réapparurent. Le courrier fut rétabli quelques semaines après. Nous avions signalé notre point de chute aux seules adresses connues et nous commençâmes à recevoir au compte-gouttes quelques nouvelles. tout d'abord par Chantal qui était restée au Puy et qui fut ainsi la plaque tournante des échanges d'information.
Xavier, après des évacuations bombardées, désordonnées et abandonnées, s'était retrouvé à 50 kilomètres d'Argelès. Jean Dhavernas était démobilisé. Mon ancien chef scout Jacques Poissonier, jeune officier avait été tué lors du bombardement de la gare de Tergnier. et l'on devait apprendre un peu plus tard la mort de François Malliart, qui s'était farouchement défendu dans son char d'assaut et y avait été tué le 19 mai, dans le cimetière de La-Rue-Des-Vignes, non loin de Cambrai.
Mon père était sain et sauf au milieu de ses archives dans Paris occupé (il avait été à pied à Versailles constater que notre maison n'avait pas souffert).
Assez longtemps après ces premières nouvelles nous apprîmes que Paul-André avait été fait prisonnier dans le nord. Il restera cinq années en Allemagne dans différents "Offlags".
Dans l'attente d'on savait quoi, on s'ennuyait furieusement entre l’hôtel Baron et les jardins du Casino d'Argelès. On se promenait, on escaladait les montagnes voisines, on se baignait dans les lacs, on bavardait avec les gens de toutes sortes que nous avions rencontrés.Les juifs de notre hôtel étaient agréables avec nous et nous avec eux. Bien qu'un soir je devins impopulaire, en posant à haute voix la question d'origine du plat de lapin que l'on avait servi, peu après que la chatte des patrons ait mis bas quelques petits ...
Grâce à l'appui de l'autorité militaire locale, les trois Lesort du sexe faible purent aller en voiture de l'armée rendre visite à Xavier, cantonné à Arzacq. A pied, en stop, j'allais voir des amis de Versailles réfugiés dans la région.
Enfin un bachot fut organisé à Tarbes. J'y tentais ma chance et fus à cette occasion chaleureusement accueilli dans la famille de l'archiviste des Hautes-Pyrénées, Monsieur Balenci, sa femme et ses trois filles.Je tombais ces quelques jours amoureux de la dernière de celles-ci.
Au lycée de Tarbes où se déroulaient les épreuves, je retrouvais quelques copains de Versailles : Jean Boissard, Gérard de Pins, Christian Préaux. Grâce à celui-ci qui, voisin d'épreuves, me souffla la formule géométrique du tronc de cône, je fus admissible de justesse.
Mais ma "collante" arriva après la date des oraux, le plus grand désordre régnant dans les postes, comme ailleurs. Je dus donc attendre la session d'octobre, sans même savoir dans quel coin de France je passerais cet oral.
Avant que la zone occupée par l'Allemagne ne fut étroitement bouclée par la fameuse "Ligne de démarcation" ( de Pau, à Bourges, Moulins, Chalon sur Saône et Genève ), les réfugiés furent progressivement rapatriés par convois entiers. Ma mère retourna seule à Versailles. Marie-Madeleine et Wilhelmine partirent rejoindre les Dhavernas provisoirement installés à Vichy, où venait de s'établir le gouvernement du nouvel "Etat Français".

Gonzague Lesort




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire