André LESORT et Elisabeth LESORT née MADELIN vers 1930

André LESORT et Elisabeth LESORT née MADELIN vers 1930
André LESORT et Elisabeth LESORT née MADELIN vers 1930

Bienvenue

Bienvenue sur notre blog familial Lesort-Madelin ouvert le 24 février 2010, jour anniversaire du mariage de nos grand-parents Lesort-Madelin en 1906.
Ce blog a été créé pour permettre la publication des archives familiales patiemment rassemblées et classées par notre grand-père André Lesort lui même puis par notre oncle Paul-André Lesort.
Nous publions régulièrement sur ce blog des extraits de ces archives qui nous paraissent intéressants, significatifs, cocasses ou émouvants.
Ce blog sert également de lien dans la durée entre les plus de 430 cousins et neveux que nous sommes, il permet donc de suivre l'actualité familiale dont vous voudrez bien nous faire part ou de partager votre connaissance de notre histoire familiale :
envoyez nous vos avis, faire-parts, photos, documents, histoires familiales à l'adresse lesortmadelin@gmail.com ; nous en publions régulièrement sur ce blog.
Ce blog étant d'accès publique nous sommes toujours heureux de recevoir également toutes les contributions documentaires extérieures concernant notre famille ainsi que d'apporter nous-mêmes notre propre contribution à d'autres sites ou publications. Même adresse mail: lesortmadelin@gmail.com

Les nombreux articles parus ou encore à paraître sur notre blog, près de 300 au total, sont publiés au fur et à mesure sous forme de livres intitulés Famille Lesort-Madelin La Saga dont le tome V est paru en novembre 2019, les tomes VI, VII et VIII paraîtront eux respectivement en 2020, 2021 et 2022.



vendredi 25 septembre 2020

1932. Premier voyage aux Amériques pour la jeune mariée.

Février 1932. Gertrude Lesort vient d'épouser, à Versailles, Maurice Bidault qui doit rejoindre l'usine textile qu'il dirige à Rio Blanco dans l'état de Vera Cruz au Mexique. 
Mars 1932. Les jeunes mariés, d'Anvers jusqu'au Mexique, racontent les péripéties de leur voyage dans trois courriers adressés à nos grand-parents André et Elisabeth Lesort (extraits) :

                                                                                     Anvers, 19 février 1932

                                                                                                                        Norddeustcher Lloyd Bremen
                  An Bord des D.  ... Rio Bravo



Mon cher papa,

mon petit mot d'hier était simplement destiné à vous donner des nouvelles du voyage jusqu'à Anvers. Maintenant que nous avons un peu plus de temps, je puis vous écrire plus longuement et plus en détails. Nous sommes arrivés après un long voyage mais dans des conditions agréables à Anvers. Nous avons déposé nos valises en consigne, puis nous avons pris un taxi pour aller jusqu'au bureau maritime où Maurice devait retirer définitivement les billets. Ensuite nous sommes allés chercher les malles à la gare. Nous avons subi la visite de la douane belge mais assez rapidement car Maurice a convaicu le douanier que nous étions en transit en Belgique. Puis nous avons filé sur le bateau poser les valises. 
Nous avons une mignonne petite cabine toute blanche, bien éclairée et par le hublot on voit les mouettes qui naviguent sur l'Escaut. Après avoir fait un petit tour à Anvers nous sommes rentrés ranger les bagages et dîner.
Il n'y a pas un français avec nous en 1ère. On n'entend parler qu'allemand et personne ne comprend le français. Nous nous en tirons grâce à l'espagnol et à Maurice car vous pensez bien que ce n'est pas moi qui peux m'en tirer. Le dîner est en musique mais pas le déjeuner. Comme les allemands sont très musiciens ils jouent merveilleusement bien mais c'est désagréable de les entendre parler cette langue tout le temps. Les plats se ressentent aussi de la nationalité : salade assaisonnée à la confiture ou autre. 
Rassurez vous ou effrayez vous, comme vous voulez, mais je crains bien de revenir dans 3 ans terriblement enfant gâtée ! Je sens que cela commence.
Le matin nous avons été acheter des livres français car dans le bateau il n'y en a que des anglais et des allemands. Nous avons aussi été visiter la cathédrale d'Anvers qui est une merveille et qui ne sent l'étranger que par ses cierges bleu de ciel.
Maintenant, mon cher papa, il faut que je cède la place à Maurice pour qu'il écrive à sa mère. Je vous embrasse donc très, très affectueusement ainsi que Chantal et tous les frères et sœurs. Notre bateau part à 4 heures, après cela je ne pourrai rien envoyer avant la Havane, ne vous effrayez donc pas d'un long silence.
Votre fille qui vous aime tous beaucoup.
Gertrude 
                                                                          Rio Blanco, Ver. 13 mars 1932

Ma chère Maman,
Nous voilà au port [Veracruz] et même plus loin puisque nous sommes à Rio Blanco.
La matin de l'arrivée à la Havane, avant 6 heures du matin, nous avons été réveillés par un 

coup de clairon dans le couloir. Un quart d'heure après, le garçon de cabine vient frapper et expliquer à Maurice que nous devons monter sur le pont. Maurice se précipite, croyant que c'était pour les papiers. Il monte sur le pont : personne que le médecin du bateau. Il redescend donc et me trouve en train de regarder par le hublot le paysage de la Havane : une grande avenue de palmiers avec des gros lustres électriques encore allumés, longeant la mer d'un bleu de cartes postales de mauvais goût. 
On frappe : second garçon disant de monter vite, vite. Je hâte, je presse, pendant que Maurice partait avec les papiers, il me rappelle : on voulait tous les passagers sur le pont ! 
même le bébé y était déjà !
Le bateau était arrêté en dehors du port ...[pour] les formalités que doit remplir le commandant du bateau avec un officier du pays, il paraît que c'est le service de santé. Puis un guide du port doit monter à bord pour diriger la manœuvre et faire ranger le bateau à sa place. Je n'avais jamais vu de port important, on dirait un écrin à couteaux : chaque bateau se range dans une case bordée d'un quai sur lequel est un entrepôt. Un douanier est monté à bord, plus exactement sur l'entrée de la passerelle et des types de la police se sont installés au fumoir pour timbrer les papiers. Quand on voulait sortir du bateau, il fallait montrer ces papiers signés au douanier. A notre tour nous sommes descendus visiter la Havane par le plus magnifique des soleils. Il faisait très chaud. A la sortie du port nous avons pris une [voiture] tapissée de rotin et nous avons commencé le tour de la ville : c'est immense et tout le temps on longe la mer. Nous avons suivi la grande promenade de la Havane : de chaque côté de la rue et au milieu, élevée de 4 marches de marbre, une sorte de chaussée pavée de marbre avec de gros cannas rouges et jaunes, de roses rouges, de fleurs inconnues aux couleurs vives et éclatantes et, comme des platanes dans la rue Mirabeau, des palmiers tous les 5 ou 6 mètres, en bordure des maisons à galerie. Mais le plus drôle c'étaient les enfants.
Nous avons traversé un jardin public rempli de bananiers, de cocotiers, de palmiers de toutes sortes. C'était un peu un songe.

S'il y a 3 mois, le 6 décembre pendant que je dansais chez Madame Baron, quelqu'un m'avait dit : "dans 3 mois, à cette heure-ci, vous vous baladerez à la Havane avec votre époux", j'aurais traité ce brave personnage de timbré !
A midi et demi nous sommes revenus déjeuner à bord, il n'y avait presque personne. Après le déjeuner, nous sommes restés sur le bateau à regarder descendre les bagages et les colis. C'était fantastique ce que l'on a sorti de boîtes de conserve et surtout de lait concentré! On a sorti aussi des lampes électriques d'une marque boche et des mosaïques.
Enfin à 5 heures le bateau a levé l'ancre. Il y avait un collège venant reconduire un abbé professeur qui les quittait. Les abbés et les élèves et les voyageurs faisaient de grands signes, des manifestations et des cris. Le tout était souligné par la musique de bord : trombone, tambours, cymbales, etc ... que nous avons le chagrin et le mal de tête d'entendre tous les jours et aux départs et arrivées.
En sortant du port, on longe la ville pendant très longtemps et à une pointe, il y a le fort Saint Jean qui avance dans la mer : là étaient placés les très grands du collège qui ont encore crié des adieux au père.
Le lendemain Maurice était encore malade ! Affaire d'habitude !!!
Et pendant ce temps je cousais dans la cabine. Patatras ! la mer entière s'est précipitée par le hublot ! nos lits ont été inondés, le costume bleu de Maurice, ma robe écossaise, ma tête, les beaux tapis de la  Norddeustcher Lloyd Bremen. Tout. J'ai du passer à l'eau douce tous les vêtements trempés.
Le surlendemain s'est bien comporté et on devait arriver à Veracruz le vendredi matin à 6 heures (déjà en retard).
Et puis la nuit le vent du nord s'est mis à souffler comme un fou. Le bateau dansait, sautait, roulait, tanguait !!! Nous nous levons très sagement à 6 heures, nous montons sur le pont, pas un chat. La trompette n'avait pas sonné, on ne voyait pas de terre du tout.
Enfin le garçon  le plus ancien du bateau passe : Hélas! Trois fois hélas! on n'arriverait pas avant 10 heures 1/2 à cause du vent.
Maurice en avait tellement assez du bateau que le découragement de ce retard a été trop fort : il a été repris du mal de mer. Cela aura duré 17 jours sur 21!
Enfin à 10 heures 1/2 on entré dans le port de Veracruz. Maurice a vu un des personnages important de la fabrique, je crois que c'est l'ingénieur électricien.
Un type à chapeau pointu portait une grande gerbe de roses rouges, mais comme tout le monde ici : assez raide et magnifique. Il avait l'air d'attendre l'arrivée d'un souverain étranger.
Nous sommes allés faire timbrer les papiers dans tous les salons du bateau. pendant que nous faisions timbrer nos passeports, un garçon du bateau est venu me toucher le bras. Je me suis retournée et j'ai vu le type au bouquet. C'était moi le souverain étranger ! Le commissionnaire de l'usine à Veracruz me souhaitait la bienvenue ainsi que sa famille. J'ai été profondément touchée et presqu'aussi encombrée de ce bouquet qui pesait au moins 20 kgs ! Nous avons passé la douane très facilement car Maurice a graissé la patte au douanier.
Nous avons été prendre le train, moi, toujours avec ma gerbe qui ne devait plus peser que 18 kgs car les fleurs se détachaient toutes les unes après les autres.
Dans le train nous avons retrouvé le commissionnaire qui gardait les places et les valises.
Le chemin pour sortir de Veracruz est abominablement laid, mais dès qu'on aperçoit la montagne, c'est splendide : le train serpente autour de vallées et de montagnes. Au sortir des tunnels on domine un torrent qui bondit au fond d'une profonde vallée. Puis tout à coup la voie est bordée de boutiques : c'est une gare! 
Enfin Orizaba. J'étais intimidée : au moins 10 dames et des masses de messieurs que j'ai eu du mal à reconnaître les uns des autres.
On sort de la gare. Il pleuvait, il faisait froid! Maurice était déçu car il m'avait tant vanté le soleil tropical et les montagnes et on ne voyait ni l'un ni l'autre tant il y avait de brouillard.
En arrivant en 5 minutes dans 6 ou 7 autos à Rio Blanco nous sommes entrés dans une immense pièce qui est le salon où on nous a servi de délicieux gâteaux, de la bière et du thé : ce n'était pas du luxe car nous avions avalé de la poussière en masse.  
Enfin nous sommes montés vers 7 heures dans la chambre. C'est très joli, très grand, très haut de plafond. A 8 heures, dîner. Il ne restait que les gens qui logent dans cette maison : l'ingénieur venu de Veracruz, je crois qu'il étudie la façon dont ça se passe : un ménage venu de Mexico pour remplacer Maurice pendant son absence ! Ceux là ils valent mille ! 
Madame grogne contre Rio Blanco, Mexico, son mari, les jeunes femmes mexicaine, l'humidité. Très commune.
Monsieur se dispute à table avec sa femme, a fait la guerre sous les ordres de l'oncle René. Le monde est petit, petit et notre famille grande, grande !
Très pressés de retourner à Mexico, car madame crève de peur que sa bonne ne parte après avoir vendu les meubles !!! La bonne, elle s'en moque mais les meubles ...
Nous avons été voir ce qui reste des meubles à vendre dans la maison Chané, c'est à presque rien et nous avons dressé la liste de ce qu'il faut acheter car nous devons aller à Mexico.
Nous vous embrassons très très fort ainsi que toute la famille, envoyez vite vos photos. Avez vous encore celle des quatre messieurs Lesort, des petits déguisés, etc ...
Maurice envoie ces trois timbres pour Paul-André, n'oubliez pas de lui donner, s'il vous plait. 

Orizaba

Maurice Bidault

Rio Blanco, Ver.                                                            Vendredi 25 mars 1932.

Chers Père et Mère,
   Vous devez commencer à trouver mes nouvelles bien rares mais j'attendais d'avoir un moment libre pour vous écrire un long journal à tête reposée.
Que de choses se sont déjà passées depuis notre séparation et comme cela nous semble déjà loin !
Après notre départ de la gare du Nord nous avons fait un voyage magnifique jusqu'à Anvers où nous sommes arrivés vers les trois heures. Nous avons passé la douane sans aucun ennui et nous avons pu nous embarquer le soir même sur le Rio Bravo.
Comme le bateau ne partait que le lendemain dans l'après-midi nous en avons profité pour visiter la ville mais il faisait un froid de canard et il tombait une petite neige qui nous glaçait.
A quatre heures les remorqueurs nous décollaient du quai. Notre grand voyage était commencé. Les premiers instants furent assez agréables car nous ne sentions absolument rien. C'est tout juste si on se serait cru en marche. Malheureusement il y avait tellement de brouillard que nous n'avons rien vu des rives de l'Escaut. Notre première prise de contact avec les passagers fut assez pénible. Comme il n'y avait que des boches nous nous sentions en pays étranger. D'ailleurs même avec de la bonne volonté nous n'aurions pu fraterniser car ils avaient tous des habitudes assez bizarres. A table selon la coutume, c'est toujours un officier de pont qui préside mais comme nous étions français on nous a mis à une petite table à part.
Nous étions d'ailleurs beaucoup mieux car nous pouvions voir tout le monde sans être observés et nous en avons profité pour nous payer des bosses de rire [argot de l'époque : rire énormément. NDLR] dont Gertrude se souviendra longtemps je pense. 
Autre inconvénient du bord, si vous ne connaissez pas les secrets de la cuisine allemande, je vous conseille un court voyage sur le Rio Bravo. Vous ferez la connaissance de la salade au fromage de roquefort, du gigot à la confiture, du pumpernickel, alliage bizarre que Gertrude n'a jamais pu définir ! [pain de seigle très compact et très foncé NDLR].
Inutile de vous dire qu'à ce régime, le lendemain nous nous sentions l'estomac bien embarrassé. Enfin tout allait bien malgré tout. Vers midi nous sommes arrivés à Southampton où nous avons croisé le formidable paquebot "Europa" de la même compagnie que le Rio Bravo. Quelques passagers sont montés à bord et tout de suite nous avons mis le cap sur la Havane.
La mer n'était pas bonne mais malgré tout nous nous sentions bien et nous avions bon espoir. Malheureusement le dimanche matin, les choses ont commencé à se gâter. Après un bruyant réveil en musique qui nous fit sursauter dans nos lits, nous nous levâmes la bouche pâteuse. Après une courte promenade sur le pont, je vois soudain Gertrude plonger littéralement dans l'escalier qui conduisait à notre cabine. Hélas ! il était trop tard. Marie-Geneviève aurait été aux anges !
Pendant la nuit les choses se gâtèrent complètement. Nous avons été pris dans une tempête épouvantable qui a duré encore plusieurs jours après notre arrivée. Ce fut mon tour d'avoir le mal de mer mais alors a un degré qui m'était inconnu. Pendant 13 jours je n'ai rien pu avaler, j'ai maigri de 7 kilos. Heureusement qu'après sa première expérience Gertrude était relativement bien mais en tout cas elle n'a jamais perdu l'appétit.
Heureusement que nous avions à bord quelques distractions. Tout d'abord un garçon de cabine d'où rayonnait l'intelligence  et que Gertrude ne pouvait pas voir sans pouffer de rire. Nous l'avions surnommé "plombagine".[ mine de crayon. NDLR].
La femme de chambre, gracieuse soubrette allemande d'au moins 120 kilos bien comptés, nous faisait des prodiges d'équilibre à chaque repas avec le plus gracieux sourire.
Mais le clou, ce fut la veille de l'arrivée à la Havane. Le commissaire du bord avait prié toutes ces dames et ces messieurs de se déguiser car il voulait faire un bal travesti. Alors nous avons vu des numéros remarquables. Les fritzs en délire. Il y en avait un surtout qui au premier abord avait une ressemblance frappante avec ces pauvres déshérités de la nature que l'on est obligé  d'enfermer et devinez en quoi il se déguise? En homme semi-primitif. Le costume était du temps de nos ancêtres des cavernes seulement il avait des lunettes d'auto avec des ampoules électriques à l'intérieur. Inutile d'ajouter que tous les boches l'ont trouvé admirable et que des hoch! hoch! et autres gloussements et glapissements épouvantables ont salué son entrée. c'était très beau parait-il. Gertrude éprouvait une sympathie toute particulière pour un autre numéro d'un volume surprenant qui à lui tout seul engloutissait autant que quatre. Elle l'avait surnommé d'ailleurs "deux cochons" ce qui vous prouve que son volume l'avait fortement impressionnée.

31 mars. Le 8 nous sommes arrivés à la Havane par un temps superbe. Nous pensions nous reposer au moins deux jours quand on a appris que nous repartions dans l'après-midi.
Nous n'avons eu que le temps de sauter dans une voiture et de visiter la ville et les environs. Gertude trouvait tout merveilleux. Elle était en extase devant tout et son ravissement se traduisait par un mutisme complet. (Elle s'est rattrapée depuis !..)
A 4 heures de l'après-midi nous sommes repartis et dans la nuit la tempête a recommencé jusqu'à Veracruz où nous sommes arrivés le 11 par un temps épouvantable.
Nous avons passé la douane très confortablement et le soir à 6 heures nous étions installés au conseil.
Tout le monde était venu nous chercher à la gare et Gertrude s'est trouvée tout de suite dans un milieu français si bien qu'elle n'a pas du tout été dépaysée.
Nous commençons à nous installer petit à petit. Nous avons une maison très spacieuse avec cinq grandes pièces principales. le salon et la salle à manger donnent sur la cour intérieure et les 3 autres sur le jardin.
Nous avons actuellement tout notre matériel de cuisine. Comme nous sommes très gourmands nous avons un outillage pour pâtisserie très perfectionné !
Tout notre mobilier est de style moderne et très confortable. Quand nous aurons fini de nous installer complètement, je vous enverrai des photographies de notre petit nid.
La semaine dernière nous sommes montés à Mexico pour faire nos achats. j'ai présenté Gertrude à ces messieurs du Conseil qui ont été enchantés de faire sa connaissance; Plusieurs nous ont même invités à déjeuner.
Gertrude est enchantée de sa nouvelle vie. Le pays lui plaît beaucoup. Elle est en excellente santé mais elle a pour le moment beaucoup de travail car il faut que nous nous installions dans notre maison le plus tôt possible. 
Je vous quitte, mes chers Parents, en vous embrassant tous bien affectueusement. 
Votre fils. Maurice Bidault.

C'est Maurice qui a baptisé le gros boche 2 cochons, c'est honteux de me mettre cette mauvaise éducation sur le dos ! Nous avons reçu ce matin les lettres contenant la photo "du bossu". Je voudrais bien en avoir d'autres plus esthétiques et les vôtres? 
Notre bonne arrive demain. Elle n'aura pas un seul tablier de cuisine, j'espère qu'elle sera capable de les coudre : ça l'occupera utilement et m'en débarrassera. Nous avons un imposant étalage de moules et casseroles, poissonnières et vaisselle etc ...
Je vous embrasse très affectueusement tous, surtout Thérèse le 13.
Gertrude
L'usine de textile de Rio Blanco dirigée par Maurice Bidault 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire